Baronnie Châteauneuf-sur-Cher

Jeux de rôle famille Ambpare suite du jeux des royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP]La décadence d'un FIERiste ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 692
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: [RP]La décadence d'un FIERiste ordinaire   Mer 12 Sep - 21:42

Korrigan

Comme à son habitude, Kori avait bu plus que de raison la veille au soir et, l'alcool bienfaisant, il avait oublié la douleur qui faisait souffrir tout son corps. Aussi, le matin même, s'il devait rendre visite à Astérie, Kori n'en voyait plus l'utilité et il s'était rendu au FIER comme si de rien n'était. Cependant, à force de marcher et de remettre en fonction son corps endormi par l'alcool, la douleur lui revint de manière plus puissante encore que la veille. Alors qu'il parcourait avec difficulté les couloirs du FIER, il senti sont corps entier faiblir d'un seul coup. Sans qu'il put maitriser quoi que se soit, il ressentis comme la course d'un poison au travers de ses veines et, alors qu'il approchait de la salle de réunion, il dut poser un genou à terre pour reprendre ses esprits.

Norf !

Ce fut le seul mot qu'il réussit à prononcer avant de s'effondrer sur le sol, toute force physique l'ayant quittée. Dans sa tête, malgré les étourdissement répété du malaise, il ne pouvait néanmoins s'empêcher d'espérer le passage fortuit d'un membre du FIER. Ce membre fut il médicastre que cela l'aurait presque soulagé ! Aussi, il attendit là, tentant de s'adosser tant bien que mal contre le mur le plus proche, que quelqu'un passe.

June

Des dossiers, des traités, des papiers, que des trucs en "é" qui prenaient toute la place dans la vie de June, à côté d'une bouteille de poire, de son fauteuil en cuir et des espoirs et souvenirs que sa conscience nourrissait de temps en temps, quand elle en avait le temps. Le Chancelier emportait du travail partout, et même au parti quand il allait dans son bureau de Président, qu'il rangeait petit à petit.

Et alors qu'il passait dans le couloir, marchant de son pas rapide et l'air pressé, son pied droit buta contre un OGNI (Objet Gênant Non Identifié). Perdant l'équilibre, voyant ses dossiers qui venaient d'être classés prendre doucement leur envol, il essaya de tout rattraper, en vain, et s'étala d'une façon peu légère sur le tapis du couloir.

Rassemblant ses papiers, maugréant tout de même, il retourna la tête pour voir l'objet coupable et, lorsqu'il s'aperçut que c'était loin d'être un objet, il prit un air interloqué. Fallait dire que le gars qu'était là avait pas une tronche bien fraîche, enfin, plus que d'habitude quoi.

"Korigann ? Qu'est-ce que tu fous là, et surtout avec cette tête ?"

Korrigan

Korigann, cherchant à reprendre petit à petit ses esprits, entrevit dans le flou ambiant devant ses yeux une silhouette familière. Il ne pouvait la distinguer clairement et, tentant de se redresser très difficilement, il abandonna toute reconnaissance visuelle et reposa sa tête contre le mur.

"Korigann ? Qu'est-ce que tu fous là, et surtout avec cette tête ?"

En revanche, ses oreilles fonctionnaient très bien et lorsqu'il eut entendu ces mots, il sut que la silhouette familière n'était autre que celle de June. Il releva les yeux pour regarder ce qui, dans le flou étourdissant, ressemblait le plus à une tête, et ouvrit la bouche pour expliquer ce qui était arrivé.

Je... Tombé... Peut pas... Norf !

Il ne sut s'expliquer d'avantage... Il espérait néanmoins que son ami ne le laisserait pas en plan... Il essaya à nouveau de parler, mais cette fois aucun son ne sorti de sa bouche et il perdit connaissance pendant plusieurs minutes.

Asterie

Asterie se rendit au local du FIER pour prendre connaissance des nouveautés.
Elle était rentrée d’un voyage de plusieurs jours vers Dijon. Elle n’avait jamais visité cette ville non pas qu’elle se trouvait si loin qu’elle ne pouvait s’y rendre mais elle avait il faut dire peu de temps à se consacrer aux voyages.
Elle avait profité d’un voyage de la guilde des marchands pour voyager avec eux profitant de leur escorte si l’on pouvait parler ainsi.
Elle avait mis à leur service son serviteur Firmin qui avait pu aider à charger et décharger les différentes marchandises.Puis une épée et des bras en plus n'était jamais inutile surtout en ses temps difficiles avec tous ses brigands .

Elle se rendit donc dans la salle des nouveaux arrivants leurs noms et leurs demandes y étaient accrocher parfois, elle en découvrait hésitant peut être etait ce du au buste à l’effigie du Duc d’Aigurande ,dict le Poilu ,qui trônait à l'entrer juste à leur arriver il y avait de quoi , non pas qu’il était impressionnant pas la taille , le buste était de dimension correct mais par ce qu’il pouvait représenter surtout à une certaine époque par les opposant au FIER qui s’insinuait ici …Elle sourit …

Elle continua son avancer vers la fédération de Bourges mais fût arrêter dans son élan par deux hommes dans le couloir , elle y reconnu June pencher vers un autre homme à terre.


Tient il n’y aurait ‘il donc plus de sièges que vous vous assoyez dans les couloirs ou alors un peu trop de Bug ?

Tout en parlant elle se dirigea vers eux un sourire aux lèvres.
Mais en voyant la paleur de Korrigan son sourire s’effaça de deux choses l’une soit il était imbibé de bug , donc le cuvage était plus difficile que prévu ou alors il avait un problème plus sérieux . Elle pensa que la deuxième option était la bonne.


Bonjour June , Korri que se passe ‘til ? Tu ne m’a pas l’air bien.

Korrigan

Emergeant de son sommeil forcé, Kori fut heureux d'entrevoir Astérie aux cotés de June devant lui. Il tenta alors de reprendre ses esprits et réussi à se redresser un peu. Il profita de cet instant de lucidité pour expliquer à Astérie la situation.

Norf !
Rien compris... Je sens plus mes jambes !
Plus de force !
...
Norf !

Puis il se senti faiblir à nouveau.

Asterie

Asterie regarda Korri d’un air interrogateur

Tu ne sens plus tes jambes ?
Et bien tu ne m’a pas l’air très bien tu es d’une pâleur .


Elle pouvait observer une grande paleur et de la sueur sur le visage de l'homme à terre . Elle lui prit machinalement son pouls , il était rapide.
Se tournant vers June .


June tu vas m’aider on ne va tout de même pas le laisser dans les couloirs on va l’installer dans un bureau, je vais l’examiner rapidement et si c’est plus important on ira au dispensaire.
Korrigan on va t’aider à te relever cela ira ?


Elle essaya de le lever mais l’homme était plus un poids mort qu’autre chose...

Korri si tu ne nous aide pas je ne pense pas que l’on va y arriver.
Aller un petit effort
elle soupira, et marmona entre ses dents c’est toujours pareil c’est lorsque l’on a besoin d’aide qu’il n’y a personnes. Aller Juneeeee norf ! Korri je te promets de te mettre à la diète.

June

Alors que June s'apprêtait à aider Korigann à se relever, voilà qu'Asterie se pointait et paraissait plutôt inquiète de la mine du vieux fieriste. Reculant de quelques pas pour laisser le passage à la médicastre, il garda sur son ami un regard lui aussi un peu inquiet. C'était pas le genre de Korigann de mal tenir la bug, surtout pas lui !

Il resta tout de même là, au cas où on aurait besoin d'un homme fort pour soulever le saint-aignanais, même si le grand blond trouvait qu'il avait maigri ; et ce, jusqu'à ce qu'Asterie demande son aide, justement. Il posa sur un meuble ses dossiers en vrac, et prit sans effort l'homme dans ses bras.

"Je te suis, Asterie."

Korrigan

Korigann se laissa porté par son ami. Sentant son corps se soulever, il tourna la tête vers June et lui assigna un sourire de remerciement. Presque honteux de devoir être porter par un autre, il commença à se demander ce qui lui arrivait...

Asterie


Après quelques efforts et surtout avec l’aide de June , ils arrivèrent dans une salle du FIER et y installa Korri le mieux possible .
Le pauvre homme était encore un peu plus essoufflé pâle et toujours en sueur. Lorsque June l’aida à allongé ses jambes. Le médecin entendit un gémissement.
Elle plissa le front …


Alors dit moi ce qui se passe exactement car tu n’as pas l’haleine qui sent la bug.
Je vais t’examiner .


Korrigan

Korigann ne put retenir un gémissement lorsque June allongea ses jambes. La douleur intense semblant réveiller ses sens, il ouvrit les yeux et aperçu Astérie à ses cotés qui lui posait des questions. Prenant sur lui, il ravala sa salive, tenta de maitriser ses tremblements et essaya de répondre à la médicastre.

Norf !
J'ai un mal de chien à cette jambe !
Depuis la guerre en Artois... J'croyais que c'était cicatrisé moi !
...
Norf !
La douleur est revenu y'a quelques semaines de ça, mais j'pensais que ça passerait...
Norf !

Il tourna la tête en arrière, la douleur lançant par accout ses assauts de violence.

Norf !
La douleur revient là !

Il inspira alors un grand coup et laissa reposer son corps, allongé, sans bouger.

Asterie

Asterie attendit que Korri reprenne sa respiration.

Je vais devoir enlever tes bas pour mis regarder tu as en effet une jambe qui est beaucoup plus enflée. Se tournant vers June.

June désolée mais n’ayant que toi sous la main tu vas m’aider.

Ils réussirent à enlever le plus doucement possible les deux bas,
Une odeur se dégagea de la jambe gauche elle se recula légèrement, ce n’était pas la première fois qu’elle avait à faire à certaine odeur de puanteur mais il n’y avait rien à faire elle ne s’y habituait pas.
Elle tourna doucement la jambe pour regarder l’extension de la plaie et surtout son étendue .
En palpant tout autour on pouvait entendre de léger crépitements du à de petites bulles de gaz . Aux abords elle apercevait des endroits de couleur marron et puis à d'autres de couleur noire ou aucune sensation ne se faisait sentir lorsqu’elle appuyait dessus. Elle fronça les sourcils au vu de ce qu’elle venait d’observer ce n’était pas bon du tout.
La gangrène tout les symptômes étaient présent la grande fatigue ,son pouls très rapide , cette puanteur et se crépitement caractéristique de ...Mais surtout elle était dans la plupart de cas mortelle si on n'intervenait pas à temps en amputant le membre concerné si c'était possible.
Elle releva la tête.


Korri tu es dans cet état depuis un moment déjà non ? Et tu n’as pas eu l’idée de consulter un médecin ou un chirurgien qui t’aurait dit que c’était un début de gangrène.
Non bien sûr que non
elle soupira pour de petites douleurs on vous entend à des miles à la ronde mais pour des choses plus graves rien on sert les dents. Elle haussa les épaules je ne vous comprendrais jamais. Ce n'était pas le moment de le culpabilisé mais elle n'y pouvait rien devant cet état alors qu'on aurait pu ...

De toute façon il faut que vienne immédiatement au dispensaire. Je ferais appeler Maître Urgence un chirurgien réputé car la vue l’étendu. Je ne vais pas pouvoir malheureusement faire grand-chose.

Elle pensa qu’il était surement trop tard au moins il serait dans un lit et non au beau milieu d’une salle …Et puis …
Elle se tourna vers June .

June il faut conduire Korri au dispensaire immédiatement si tu pouvais me trouver de l’aide j’ai ma "voiture" devant le FIER j’ai demandé à Firmin mon cocher de m’attendre, je ne pensais pas en avoir pour longtemps.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 692
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: [RP]La décadence d'un FIERiste ordinaire   Mer 12 Sep - 21:46

Franckus

franckus qui passait par la avant de partir dans le sud pour voir ce qui ci passait et répondre a quelque question si nécéssaire avant son départ entendit des hurlements.
il s'approcha de la salle pour voir ce qui s'y passait et aperçu june et astérie.

c'est quoi ces hurlements que j'ai entendu????
que se passe t'il?

June

Il observa et écouta Asterie tout au long de son examen. Il avait lui-même des notions de médecine, données par sa mère, mais il trouvait tout ça quand même bien désagréable.

Il hocha la tête en direction d'Asterie et prit à nouveau Korigann dans ses bras, en essayant d'éviter au maximum de toucher la jambe, non seulement pour ne pas lui faire plus mal, mais aussi pour ne pas toucher pour lui-même. Il prit la direction de la Grande Porte du parti, et failli heurter Franckus qui venait dans leur direction.

"Salut Franck, oh rien, c'est la jambe de Kori qui a décidé de prendre le large !"

Un sourire amusé, puis il redevint sérieux.

"Plus sérieusement, il a une sacré blessure, on l'emmène au dispensaire d'Asterie".

Et, saluant le marchand, il s'élança vers la direction où les attendaient le cocher d'Asterie.

Korrigan

Korigann eut une pensée amère lorsqu'Astérie lui reprocha de ne pas être venu la voir plus tôt... Il est vrai que cette douleur pesait sur sa jambe depuis plusieurs semaines déjà et qu'à chaque fois que l'idée même de rencontrer un médicastre naissait en son esprit, il la refoulait... Etait-ce de la peur ? Peut être... Une chose est certaine, il avait sans doute trop attendu et aujourd'hui sa souffrance s'était révélée insupportable. Il avait chue et se retrouvait maintenant dans les bras de son ami, sans pouvoir se déplacer par lui même... Quel déshonneur ! En apercevant Franckus dans le couloir, il voulu se cacher pour ne pas que ce dernier le voit dans cet état pitoyable. Cependant, même s'il souhaitait au plus profond de lui même se relever et marcher, il savait qu'il en était incapable. D'un regard, il remercia chaleureusement June et se laissa porté jusqu'à la "voiture" d'Astérie.

Norf !

Malgré la douceur dont faisait preuve son ami, il ne put contenir ce petit cri de douleur lorsqu'il le posa dans la voiture. Il tenta de se redresser et de trouver une position plus confortable à l'aide de ses bras, mais ses forces semblaient si diminuées qu'il ne put que se redresser de quelques centimètres. Inspirant un grand coup, il ravala rapidement la douleur du déplacement.

Norf... Je suis désolé Astérie, j'aurais du venir te voir plus tôt...
J'pensais pas que ça serait si grave...

Il soupira un grand coup alors que le coché lança les chevaux à vive allure. Il serra alors les dents, tentant de contenir la douleur insupportable dans sa jambe.

Franckus

norf de norf messire kori qui va pas bien. franckus ne le connaissais pas depuis longtemps mais il avait eu quelque contact trés agréable.
il s'écarter de la porte pour les laisser passer et proposa son aide.

en quoi puis je vous etre utile?

Asterie

Asterie regarda Korri lui sourit .Je sais ne sois pas désolé, les regrets ne font rien avancer on va voir ce que l’on peut faire aller courage …

Elle se tourna vers Franckus .

Ah Franckus très bien tu vas nous aider.

La traversée du couloir du paraître à Korri très longue on pouvait entendre des gémissements ce qui était assez naturel vu l’état de sa jambe.
Arriver à la « voiture » le cocher d’Asterie se dirigea vers elle.


Dame la Baronne que se passe-t-il ?

Firmin aide nous s’il te plait on va au dispensaire.

Bien Madame !

[Au dispensaire]

Arrivé au dispensaire on installa Korri dans une chambre.

Sœur Harriette pouvez-vous m’apporter ce dont j’ai besoin pour une jambe gangréner et aussi pourriez-vous prévenir Maître Urgence qu’il vienne immédiatement.

Korrigan

Korigann se lassa installer par Astérie dans une chambre du dispensaire. La douleur qu'avait provoqué le voyage commençait à se calmer petit à petit. La position allongé semblait arranger les choses. Aussi, profitant de cet instant de lucidité, il se redressa sur le lit et prit réellement conscience de la situation.

Sœur Harriette pouvez-vous m’apporter ce dont j’ai besoin pour une jambe gangréner et aussi pourriez-vous prévenir Maître Urgence qu’il vienne immédiatement.

Ainsi donc, il semblait qu'Astérie mette en place les grands moyens. La situation était sans doute plus critique qu'il n'aurait osé le prétendre. Pendant que la soeur Harriette installait le matériel médical dans la chambre, il ferma les yeux et laissa son esprit s'évader. Ainsi donc, il remettrait sa vie entre les mains d'Astérie. Pourvu que la situation ne soit pas si grave qu'elle ne semblait l'être... La gangrène était elle systématiquement mortelle ? Il n'en savait rien et c'était mieux ainsi.

June

June avait posé Korigann là où Asterie l'avait demandé, et restait depuis ce moment en retrait, l'air inquiet pour l'état de santé du saint-aignanais. Il suivait les faits et gestes de la médicastre, jetant de temps en temps un coup d'oeil sur le "patient".

Asterie


[Au dispensaire de Bourges]

Asterie fît quérir Le Chirurgien attaché au dispensaire Maître Urgence.
Celui-ci se dirigea dans la chambre indiqué.

Maître Ambparé ! Il s’avança près du patient attendant les explications d’Asterie.
Asterie se tourna vers le Chirurgien.


Bien le bonjour Maître Urgence j’ai besoin de vos service voyez.

Elle enleva le draps qui couvrait la jambe de Korri .

Je vous laisse observer par vous-même.

Le Chirurgien se pencha puis examina korri sans rien dire on pouvait entendre quelques gémissements dû à la manipulation…
Il se releva puis sans s’adresser au patient il s’adressa directement à Asterie.
Une gangrène les humeurs sont bien présentent, j’ai bien peur que …

Oui c’est bien ce dont j’ai pensé. Il faudrait envisager une amputation mais j’ai quelques doutes si cela soit vraiment efficace.

Le Chirurgien réfléchissait en se grattant le menton puis se repencha vers le patient appuya à un autre endroit un peu plus haut au milieu de la cuisse.

J’ai bien peur de ne pouvoir rien faire Maître si je l’ampute, il ne s’en remettra pas et il souffrira pour rien .

Merci de votre aide.

A votre service .J’aurais besoin de vous voir un peu plus tard si vous pouvez.


Oui bien sûr.

Le Chirurgien s’inclina et sortit.
Asterie se tourna vers Korri qui avait dû entendre ce qui avait été dit sans que l'on se soit directement adréssé à lui. Les malades étaient rarement consultés ils étaient plutôt ignorer seul les médecins voir les chirurgiens avaient leur mots à dire. Un jour peut-être cela changera dans le futur ….
Elle s’approcha de Korri et lui expliqua comme-ci de rien était.


Je viens de m’entretenir avec Maître Urgence Chirurgien confirmé. Ta blessure est très grave, elle a été infectée par ce que l’on appelle la gangrène c'est du à plusieurs cause la principale du à une blessure mal soigner en un mot ta jambe pourri petit à petit. Tu as pu constater par toi-même. Il y aurait pu y avoir une solution, l’amputation cela aurait coupé court mais les humeurs sont trop étendus. Je suis désolée mais il n’y a plus rien à faire.
La seule chose que je peux faire c’est te soulager un peu, tu veux que je fasse quérir quelqu’un ?


Au même moment une jeune nonne entra avec une bassine d’eau et d’un linge pour lui éponger le front.
Au moment où elle avait vu la blessure et la jambe son diagnostic était poser gangrène trop avancer, il était trop tard. Mais avait tout de même voulu un autre avis au cas où …Malheureusement …Il était toujours difficile d’annoncer la fin prochaine surtout lorsque c’était si soudain …Elle s'approcha de la jeune nonne et lui demanda doucement de faire quérir le curé .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 692
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: [RP]La décadence d'un FIERiste ordinaire   Sam 15 Sep - 21:48

Korrrigan

Alors que le chirurgien d'urgence l'examinait, Korigann se surprit à angoisser, mais il ne su expliquer pourquoi. Aussi, lorsque ce dernier parlait directement à Astérie il comprit rapidement quel était le diagnostique du spécialiste et, quand Astérie confirma l'avis médical du chirurgien, il ferma les yeux et retint un tremblement nerveux.
Il attendi néanmoins que le maitre urgence soit parti pour lancer un regard interrogateur plein d'espoir à Astérie. Ce fut comme un second coup de poignard lorsqu'Astérie répéta alors le diagnostique qu'il connaissait pourtant déjà... Il retint une larme et un tremblement, puis, le regard vide, il releva les yeux vers le docteur.

Norf...

Rien d'autre ne put sortir de la bouche de Kori tellement l'émotion était parallisante. C'était donc ainsi, à cause d'une connerie que sa fin arrivait. D'une certaine façon, il s'en voulait de ne pas avoir suffisamment prêté attention à lui-même. Allongé sur un lit du dispensaire, Kori essaya d'ironiser en se disant qu'il y avait surement des morts plus inconfortable. Il tenta même un petit rictus que l'on pourrait qualifier de sourire si la douleur ne se lisait pas dans son regard. Faisant un bref tour des horizons, il aperçu son ami June qui était resté à ses cotés en silence.

June ?

Il attendit quelques instant, le temps de reprendre son souffle et de couper court à ses tremblements.

Je crois que c'est la fin mon ami... Je suis heureux que tu sois là, à mes cotés...

Puis il laissa quelques larmes couler le long de ses joues. Ce relachement quoi qu'un peu honteux pour un homme était bien nécessaire pour évacuer et être en paix.

June

Franchement, ça le faisait bien chier, comme dirait l'autre. June n'aimait pas les morts en direct, les pleurs, les larmes, autant que les histoires "cucul" à l'eau de rose. Il s'était lui aussi douté de la réponse sans équivoque du Maîstre Chirurgien, et malheureusement sa pensée s'était rapidement confirmée.

"Hey, Kori... Je..."

Il ne savait que dire. Soudain, il eut une idée, brillante. Il fouilla dans sa besace, et sortit ce qu'il avait à l'origine prévu pour sa propre journée ; il pouvait bien faire ce sacrifice pour son ami Korigann.
Sortant une superbe bouteille de Poire de Sancerre, alcool dont il était particulièrement friand, il la mit dans les mains du condamné et sourit.

"Tu vois, tout n'est pas perdu. Ne te lamente pas, mon ami, bois donc. J'en suis sûr, tu seras en route pour le Paradis."

Et, dans un élan d'affect peut-être, il prit dans sa main immense celle du saint-aignanais, et lui fit un sourire qui se voulait encourageant. La mort, c'était un peu comme une épreuve à passer, n'est-ce pas ?

...

Tu vois, Korigann, la lumière au loin ?
Marche vers elle, ta blessure n'est plus.
Quelqu'un t'attend, là-bas, dans un coin,
Comme il les a tous attendus.

Il te guidera vers des portes dorées,
Qui mènent en un immense jardin,
Là où les fruits sont sucrés,
Là où l'on te prodiguera soin.

Il te montrera les merveilles du monde,
Grands de pierre illusoires,
Là où vont les pensées vagabondes,
Et du monde les vains espoir.

Suis-le, te dis-je,
Il te mènera là où tu le veux,
Et de là-haut, prodige ?
Tu veilleras sur eux.

Asterie

La jeune nonne se releva et sortit de la chambre.
Asterie s’éloigna et laissa June auprès de son ami elle se trouvait à la porte lorsqu’elle aperçue la bouteille de poire elle sourit …Puis resta quelques instants et écouta elle jeta un dernier coup d’œil à l’homme allonger sur le lit tout espoir était parti ...il s’avait que c’était surement sa dernière journée.
Il y avait dans le regard l’interrogation pourquoi maintenant je n’ai pas fini j’ai….C’est si bête c’est…Oui c’est …Puis la résignation... Elle lui sourit une dernière fois puis ferma la porte laissant les deux amis...

Asterie se rendit dans la salle commune autant profité de sa présence. Elle croissa le curé qui était dans le bâtiment pour un autre patient.


Maître d’Ambparé je viens de voir Sœur Hariette...

Oui mon père dans la chambre lilas, il ne lui reste que peu de temps je ne pense pas qu’il passe la nuit. La gangrène est très avancer, je suis d’ailleurs étonné qu’il ait pu tenir jusque-là , nous ne pouvons plus rien faire. Je vous le confit mon père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP]La décadence d'un FIERiste ordinaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP]La décadence d'un FIERiste ordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» la vie ordinaire d'une femme ordinaire
» Peinture extra ordinaire
» Une journée Ordinaire dans la vie de....
» Ode a la Femme Ordinaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie Châteauneuf-sur-Cher :: Comble - Grenier :: Comble-
Sauter vers: