Baronnie Châteauneuf-sur-Cher

Jeux de rôle famille Ambpare suite du jeux des royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cabinet Médical de Bourges (retranscription Halle Bourges RR)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 692
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Cabinet Médical de Bourges (retranscription Halle Bourges RR)   Mer 1 Juin - 22:54



Il faisait un peu froid dans les rues de Bourges elle ressaiera sa cape puis continua fessant attention ou elle mettait ses pieds les rues n’étaient pas des plus propres.
Elle cherchait quelque chose en particulier une grande bâtisse assez accessible.
Elle aurait pu se déplacer en « voiture » cela aurait été aussi efficace mais elle voulait connaître l’ambiance de la rue c’était sa façon à elle de comprendre beaucoup de choses.


Ah voilà ! La voilà
on lui avait indiqué une grande bâtisse mais il y avait quelques travaux à y effectuer.

Ah oui elle est bien cette Bâtisse Dame Asterie grr qui fait pas chaud on aurait pu y aller en « voiture « ça sert à quoi sinon d’en avoir une, murmura t’elle, elle soupira.

Ginette était la jeune servante d’Asterie .Elle était à son service en remplacement de sa sœur Linette qui s’était marié.
Le gardien la regarda avec un air suspicieux.


Vous y cherchez queque chose ma ptite Dame ?

Elle le regarda sourit.Bonjour vous devez être Albert le gardien vous travailler également comme bedeau.

Il la regarda ouais s’suis Albert le Bedeau vous ai déjà vu mais j’sais pas où.

Je me présente Asterie Ambparé je suis...

Ah ouais j’vous reconnais j’s’avait j’vous y avais déjà vu !
Vous êtes la Dame Médecin et vous êtes d’ la noblesse, vous m’avez soigné j’y avais ma jambe.
Il releva son pantalon.Elle était foutue qui disaient mais vous, vous y avez dit non et ben voilà .Il lui montra sa jambe.

On ne pouvait pas y dire qu’elle était très belle elle était atrophié une longue cicatrise.
Elle sourit.


J’sais elle est pas terrible j’y boite mais au moins j’peu marcher.
Ben alors vous y faites quoi ici ?


Je venais justement voir la bâtisse pour y habiter et avoir mon cabinet de médecine.

Elle ne s’étendit pas plus elle avait ses raisons les personnes concernées étaient au courant.

Pourrait on visiter les lieux ?

Ben moi j’y veux bien mais vous aller vous y salir Dame.

Ne vous inquiéter pas pour moi la poussière ne me fait pas peur.

Ben moi oui mais comme on ne me demande pas mon avis murmura ginette .

Asterie suivit le bedeau ainsi que Ginette.
Les pièces étaient dans un mauvais état il y avait du travail à faire.
Mais le plancher était quand à lui en bon état, pour le vérifier
Asterie tapa avec son pied. De la poussière sans suivit bien évidemment...

Atchoum, Atchoum !

Vous allez vous y salir Dame faut pas faire ça !


Je vérifiais. Elle sourit.

Les pièces sont grandes, et de bonne dimension, certes il y a de l’ouvrage mais bon cela en vaut la peine. Puis ils montèrent à l’étage l’escalier tenait pas très bien.
Attention Dame Asterie ne tomber pas. C’est pas Dieu possible venir dans un endroit pareil, vous auriez pu laisser faire d'autres personnes Dame Asterie ça c'est à vous rompre le cou !

Asterie sourit en entendant Ginette.


Ne t'inquiète pas Ginette je sais ce que je fais et j'aime faire les choses quand je peux par moi-même.

Mais Dame Asterie vous êtes une Dame vous ne devriez pas ...

Que nenni Ginette laisse-moi tranquille s'il te plait.


J'vous comprendrais jamais.

Ne t'inquiète pas tu n'es pas la seule…

Elle monta les marches doucement c’est vrai que la rambarde était branlante mais avec des artisans forgerons cela devrait aller.

Et bien moi je ne suis pas rassuré ! On va se rompre le cou et c’est tout ce que l’on va gagner !

Asterie s’arrêta au milieu des escaliers et se tourna vers Ginette.

Ne t’appuis pas sur la rambarde et tout ira bien.


Bien sûr que j’vais pas mis accrocher j’suis pas folle !

Venez par ici il y a une autre partie une grande cheminée.

Elle se rapprocha de la cheminée il y avait là aussi de l’ouvrage…

C’est tout à fait ce qui m’intéresse.Pouvons-nous voir le jardin.

L’jardin ben l’ai pas bien vous s’avez.

Pas grave ne t’inquiète pas je ne vais pas me faire mal.


Ben c’est que j’y vaut pas que vous, y fassiez mal !

C’est que la cour derrière c’est plus grand…
Le jardin était spacieux il y avait de la place pour y faire cultiver toutes les plantes médicinales dont elle avait besoin. Et faire un beau potager.

Après avoir visité toute la demeure Asterie demanda au Bedeau de l’emmener au propriétaire vous conclure l’achat…

Après avoir pris contact avec le propriétaire La Baronne avait contacter les différents artisans pour intervenir dans son nouveau dispensaire, elle fût aider ne connaissant pas grand-chose aux gros travaux de chantier Maitre Bouigues contremaitre réputer lui avait fait un devis.

Le prix était assez élevé il fallait s’y attendre mais qu’importe elle en avait décidé ainsi et quand elle décidait quelque chose il était difficile de lui faire changer d’avis. C’était un de ses défaut peut être mais qui n’en avait pas.
Elle se rendit un matin devant la bâtisse avec son certificat de propriété sourit.

En regardant le parchemin elle repartit des années en arrière... Elle était une jeune fiancée et venait de recevoir son certificat de Sage-Femme qui n’était pas accordé à n’importe qui , il lui avait fallu travailler dur sous la protection et la direction de Dame Maguelonne une Sage-femme réputer.

N’étant pas mariée et sans enfants porter ce titre avait été compliqué mais, elle avait réussi à convaincre l’église et bien des personnes qu’elle était qualifiée ...

Dame Maguelone qui n’avait plus d’enfants, ni mari ceux-ci étaient décédés dû à la peste noire.
Considérant Asterie comme sa fille . Elle avait décidé de lui faire un cadeau et avait acheté une bâtisse à Saint Aignan pour en faire un accueil pour toutes personnes surtout les femmes en détresse et les enfants qui mouraient fautes de soins.

Puis elle était devenue Médecin …
Elle soupira les années étaient passées .Elle était devenu Médecin son fiancé qui est devenu son mari fût assassiner...

Elle releva la tête sourit une autre vie... venant souvent à la capitale elle avait décidé de s’y installer pourquoi ici ,certain se posait des questions elle haussa les épaules en y pensant et sourit …


Bien le bonjour Dame la Baronne alors comment vous y aller aujourd’hui.Bien beau temps hein pour y travailler !

Asterie se tourna vers Maître Bouigues.

Bonjour oui en effet très belle journée.

Ne y inquiétez pas Dame la Baronne j’vais vous y transformer ça en désignant la bâtisse.

Je n’en doute pas Maître Bouigues je n’en doute pas instant vous avez fort bonne réputation.

Ah les voilà…

Les artisans arrivèrent les uns après les autres, des tailleurs de pierres, des maçons, des forgerons des charpentiers …
Ils commencent à installer leur matériel la rue était encombrer de charrettes rempli de matériel.
Tout cela sous les directives de Maître Bouigues responsable du chantier.
On venait de part et d’autre se renseigner, pourquoi tout ce remue-ménage et pour aboutir à quoi exactement …


Ben y en a la du monde !

Ben comme t’y dit la Gertrude, ben c’est pour un cabinet d’un médicastre qu’on m’a dit !

Et ben y va être bien suila …

Quelque temps plus tard.

On pouvait entendre résonner le bruit des marteaux, le chant de certain artisans …
J'étais dans mon village, à réparer des chaises en bois
Mais l'aventure m'appelait, l'ennui était en moi
J'avais ouï d'une tour, siégeant un peu plus loin
J'ai attrapé mon canasson, mes bottes et mon gourdin
A l'aventure, compagnons
Je suis parti vers l'horizon
J'aurais mieux fait de rester chez moi
La suite vous le dira
Je suis arrivé au lieu-dit, trempé par un orage
Ma monture s'est enfuie, mais j'ai gardé mon courage
Contournant l'édifice, dont la porte était fermée
J'ai glissé dans la boue et puis les chiens sont arrivés
A l'aventure, compagnons
Je suis parti vers l'horizon
J'aurais mieux fait de rester au lit
Ce donjon, il est pourri
Ils ont bouffé ma cape, mes sandwiches et mon boudin
J'ai dû abandonner mon sac et fuir comme un vilain
Poursuivi par les bêtes, je suis tombé dans un trou
C'était l'entrée secrète qui passait par les égouts
J'ai rampé dans la fange, les vermines et les sangsues
J'ai atterri dans un cachot, où vivaient trois bossus
Ils m'ont piqué ma veste, mes bottes et mon gourdin
Et ils m'ont balancé dehors à grands coups de pied dans l'train
J'ai traîné dans les corridors, sans arme et déprimé
Egaré dans la tour, je suis revenu à l'entrée
Les orques m'ont vu passer, courant vers la sortie
Ils se demandent encore qui était cet abruti
L'histoire était finie et j'ai voulu rentrer chez moi
En courant sous la pluie, boitant comme un vieux rat
Cherchant pour une auberge, une paillasse et un cruchon
Je m'suis dit "l'aventure, c'est pas fait pour les couillons"
A l'aventure, nom d'un chien
Je n'irai plus faire le malin
J'aurais mieux fait de rester chez moi
A faire des chaises en bois !


Asterie n’était pas très loin elle écoutait les chants et les histoires riant parfois. Il y avait bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 692
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: Cabinet Médical de Bourges (retranscription Halle Bourges RR)   Mer 1 Juin - 22:57

Le maire de Bourges qui avait apprit l'installation de la médicalement réputée Asterie à Bourges c'était promit depuis plusieurs jours d'aller lui rentre visite. Il profita du calme de son lundi matin pour aller voir l'avancé du chantier. C'est ainsi que le Duc de Dun-le-Roy se retrouva devant la Baronne de Châteauneuf qu'il trouva près du chantier à en observer l'avancé. Celui-ci s'approcha d'elle et lui dit un sourire aux lèvres :

Le bonjour Asterie, comment vas tu ?

Asterie entendit la une voix connue se retourna sourit à l’homme qui se trouvait juste à côté d’elle.

Votre Grace bien le bonjour lui sourit.

Je vais bien merci et toi ?

Comme tu vois je suis assez occupé, je surveille les travaux de mon nouveau dispensaire il y a pas mal de travail.
J’ai déménagé il y a peu mais, je n’ai pas je dois l’avouer passer à la mairie te présenter mes respects en tant que Bourgmestre.
Je sais ce n’est pas bien je le reconnais donc je te présente mes plus humbles excuses.


On pouvait entendre au loin ….

http://www.youtube.com/watch?v=ZOLiv-i6KPk

GARS
Eh ! Zarakaï ?
ZARAKAÏ
EH BEN QUOI ‽
GARS
Chante nous la chanson à boire !
ZARAKAÏ
OK ! Mais vous chantez le refrain avec moi ‽
TOUS
Ouais !
ZARAKAÏ
La dernière phrase de ce refrain ressemble à une citation de Musset : « qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse ».Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu'importe le vase si t'es toujours bourré !
GARS
AHU !
TOUS
AHU !
ZARAKAÏ
Mes amis, mes frères, je vais vous raconter
L'histoire de Krak, le nain barbare benêt
Qui un jour de cuvée, s'était tellement torché,
Que dans sa caverne, il s'est connement paumé !
ZARAKAÏ
Pour sûr le gaillard, il devenait bavard !
Couinant dans le noir, qu'il allait rentrait tard.
Traversant la forêt, en gueulant "chui beurré" !
Moi, j'aurais parié qu'il finirait crevé !
ZARAKAÏ
Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu'importe le vase si t'es toujours bourré !
GARS
AHU !
TOUS
AHU !
ZARAKAÏ
Soudain inspiré, Krak se met à beugler
"Je vois mon destin, il me faut l'attraper"
Faut bien dire que l'ivresse, quand on est un vrai nain,
Vous donne à peu près le pouvoir des devins.
ZARAKAÏ [bouteille qu'on débouche]

LOL : Poux, choux, hiboux et genoux prennent un x : deux de ces mots particuliers sont présents ici.Allant titubant, la bouteille à la main,
Voilà Krak le nain, courant comme un bourrin,
Tout à coup un grand coup, le voici à genoux
Il s'est pris un mur, le voilà dans les choux !
ZARAKAÏ
Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu'importe le vase si t'es toujours bourré !
GARS
AHU !
TOUS
AHU !
ZARAKAÏ
Krak se releva, la tête endolorie,
En gueulant "Bordel ! qu'est-ce qui m'a estourbi ? »
Alors qu'il s'énervait, le voici ébaubi,
C'est sa propre chaumière qui se trouve devant lui.
ZARAKAÏ [rot dans la taverne]
Soudain c'est l'angoisse, Krak se met à blêmir
Il entend sa naine, qui commence à rugir,
Il se dit : "oh putain ! je devrais déguerpir
si je reste ici, elle va me démolir !"
ZARAKAÏ
Parmi les comptines et les belles histoires,
Je préfère de loin cette chanson à boire,
Un bol, une louche, une chope, un godet
Qu'importe le vase si t'es toujours bourré !
GARS
AHU !
TOUS
AHU !
ZARAKAÏ
En arrière plan sonore, on entend un ivrogne prophétiser «écueil, cercueil, c'est pareil».Notre ami groggy, se creusait la cervelle,
Trop tard car voici sa terrible donzelle,
Le poêlon à la main, et la fureur dans l'œil,
Firent comprendre à Krak qu'il y avait un écueil.
ZARAKAÏ
La naine maîtrise la poêle en arme de jet, Moumoune en arme de corps à corps. Redoutable objet, la poêle !Elle lui dit « Mon gars, je vais te dessaouler »
Très vite il comprit qu'il valait mieux filer !
Au lancer de la poêle, la naine est très douée
C'est peu de le dire, Krak fut décapité.
TOUS [oh puteing !]
Hardis compagnons, prenez-en de la graine,
Si vous picolez, chantez cette rengaine.
Mais si vous devez, rentrer à la maison,
Faudrait tout de suite reboucher les bouchons !
2.2. Chapitre 2 – Conclusion lucrativePasser en mode édition
TOUS [applaudissements]
Bravo ! Superbe…
ROGER
Cette chanson était sponsorisée par les taverniers qui demandent aux nains de ne plus rentrer bourrés le soir.
TOUS
Bouuuuh !
ROGER
Quel commercial, ce Roger.C'est une astuce… c'est à dire que vous pouvez rester à la taverne, pas la peine de rentrer !

Comme chaque fois qu’elle le pouvait Asterie passait au cabinet médical pour voir l’avancée des travaux.
On entendait encore quelques coups de marteaux c’était presque fini, il ne manquait que l’aménagement intérieur.


Attention Baronne !

Un jeune ouvrier passa devant Asterie avec une bériouette avec de la chaux pour les murs.
Une fois que cela fût terminer Asterie passa dans toutes les pièces et y fit bruler des clous de girofle.
Il ne manquait plus que l’aménagement…


Les ouvriers avaient terminé le calme régnait de nouveau.
Asterie fît mettre de l’armoise dans toutes les pièces également après avoir aperçue un des ouvriers l’odeur qu’il dégageait malgré sa demande d’avoir des personnes habiller correctement . Elle Fît mettre dans toutes les pièces de l’armoise pour tuer les puces précautions supplémentaire.
En premier elle aménagea les différentes pièces qui allaient recevoir les malades. Il faudra encore y ajouter les différents tentures et rideaux, elle avait commandé tout cela chez Maitre Drapeline .Il portait bien son nom …


Salle 1
La salle commune avec séparation pour les contagieux Salle 2
Salle communes avec séparationSalle 3

Salle commune sans séparation
, il y avait aussi des chambres privées.

Salle des Remèdes :

Salle pour la préparation des différents remèdes.

Attention c’est fragile aller y doucement.

Ben Dame !

Quelques temps plus tard tout état mis en place.

Les cuisines n’étaient pas encore tout à fait terminer... puis la salle des morts il fallait faire une ouverture dans le mur pour avoir un accès direct avec l’extérieur pour le Croque mort.
Asterie était fatiguée la journée avait été longue.
Encore une semaine et le dispensaire serait enfin prêt.


Asterie
revient à son office tout était fin prêt elle se rendit dans la salle du linge pour y vérifier avec une jeune novice qu’elle avait pris avec elle à son office que tout soin en ordre.

Sœur Mariette allait lui manquer celle –ci n’avait pas la même ferveur que Sœur Mariette elle soupira, peut-être on ne sait jamais si…
Mais que lui arrivait ‘elle non ce n’était pas possible ! qui aurait cru qu’elle s’ennuyait presque de la Sœur.

Elle sourit d’autres devaient arriver quelle chance ! Elle serait encore surveiller mais bon, c’était le prix à payer pour être tranquille avec l’église, pas qu’elle avait quelque chose à se reprocher loin de là . Il se disait tellement de choses à son sujet non seulement elle était veuve, fesait partie de la noblesse, pratiquait la médecine s'occupait des personnes sans le sous, pour ses confrère c'était presque une hérésie mais en plus! pour ajouter à tout cela, elle faisait partie du FIER, du moins y était revenue. Le parti qui était soit aimé soit détester. Il y avait de quoi palabrer et alimenter les sujets de conversation dans les salons …

Elle se rendit à son bureau et commença à mettre en ordre son journalier…Il lui faudrait également recevoir les différentes embauches qu’elle avait formulé, pour le ménage, les soins…

On frappa à la porte la jeune novice entra et proposa une collation au médecin cela faisait maintenant quelques heures qu’elle était le nez dans ses livres.


Oui merci c’est très gentil j’avoue avoir un peu faim, j’ai un défaut des que je suis dans mes livres et mes rapports j’en oublie le temps qui passe.

Vous devriez faire attention Dame ce n’est pas bon pour vous .

Asterie sourit ne vous en faites point pour moi j’en ai l’habitude.
La jeune novice la regarda avec un léger sourire. .

Je vous apporterais des collations lorsque je verrais que vous dépassez l’heure Dame je ne voudrais pas que vous soyez indisposé dû au manque de nourriture.

Asterie la regarda c’était bien sa veine décidément on n’était pas tranquille …Pas elle, pensant enfin être libre d’une Sœur en revoilà une autre décidément à croire que …
Elle lui sourit et commença à manger tout en continuant son travail… Encore une mauvaise habitude mais bon ce n’est pas maintenant qu’elle allait changer …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 692
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: Cabinet Médical de Bourges (retranscription Halle Bourges RR)   Mer 1 Juin - 22:59


Dites moi ou se trouve le cabinet médical de Maître Ambparé .

L’homme assis à terre releva la tête et regarda la sœur avec un air dédaigneux lui fît signe de la tête là bas .

La sœur le regarda de toute sa hauteur et où là bas ! je vous prierais d’être un peu plus respectueux !

Oh là ma sœur va pas me chercher ! j’vous y ai dit qué si était là bas , il remarqua la jeune novice derrière la Sœur et lui sourit de toutes ses dents jaunis et édentés la jeune novice détourna les yeux en rougissant .
La sœur fusilla du regard l’homme assis puis se tourna vers la jeune novice .


Venez Sœur Adelaïde cette rue n’est pas fréquentable !.

Qu'est qu’elle dit là nonne pas féquentabe la rue .Mais qui qu'es ce prend !

En en plus il ne sait même pas s’exprimer correctement ! c’est d’un air et d’une attitude des plus dédaigneuse qu’elles continuèrent leur chemin.

Ah nous y voilà Sœur Adelaïde .Elle soupira ne vous inquiétez point c’est la volonté d’Aristote nous y arriverons .

Oui ma Sœur ! Dit la jeune novice qui n’osait s’exprimer .

Sœur Hariette était une religieuse venu à la demande de père Paulux , un cabinet médical avait été recenser à Bourges.
Ce n’était pas tant le cabinet médical qui était en cause mais la personne qui en était la responsable Maître Asterie Ambparé Médecin et en plus noble , appartenait au parti FIER ....
Elle était connu dans le Berry pour sa façon de être... et surtout sa façon de s’occuper des indigents tous médecins de renons mettaient une distance, elle non , et puis surtout elle était veuve et s’associait parfois avec des chirurgiens , le conseil des médecins n’y voyaient pas cela d’un très bon œil .

Elle se rappela sa conversation avec son cher frère Edouard Médecin de son état.


Ma sœur j’ai appris que vous deviez aller travailler pour Ambparé !

Oui mon cher frère . Père Paulux m’y a envoyer et vous s’avez que je n’ai point eu le choix je serais accompagner de Sœur Adelaïde .

Attention à vous ma sœur je vous parle en temps que frère , nous ne l’apprécions pas trop, elle déshonneur son titre en s’acotinant avec des chirurgiens vous rendez vous compte ma chère sœur des Chirurgiens ! des bouchers voilà tout !
Ils osent se permettent .... certes nous en avons besoin mais de là …Et sa façon de vouloir aider les indigents ! Sans se faire payer ou presque pas , cela nous fait perdre des écus . Mais c’est qu’en plus elle fait partie de la noblesse ! Je ne comprends pas comment ! Il lui faudrait un mari qui la contraigne à rester à sa place .

Je suis d'accord avec vous mon cher frère c’est indécent ! Et sa réputation! Elle fit un signe sur sa poitrine , je me demande si …Je ne tolèrerais point de dévergondage ou de oh ! Je n’ose dire le mot ….

Ah ma chère sœur comme je suis désolé pour vous, car elle a réputation d’être en plus maligne et apprécier .

Il se pencha vers sa sœur et lui dit plus bas imaginer vous en plus elle est officier royal et amie du Poilu .

Vous me faites peur mon frère .

Elle n’osera rien contre vous elle n’a pas le choix , mais si vous avez le moindre problèmes n’hésitez point ma chère sœur .

Merci de votre soutien je m’en vais le cœur plus léger .


La plus âgées des sœurs frappa et attendit qu’on lui ouvre.

Judith arpentait les rues de Bourges à la recherche du dispensaire dont lui avait parlé Guenitronne, une femme pleine de boutons et de points noirs qu'elle avait eu l'occasion de croiser dans une boulangerie. Au début elle se demandait si la dame n'était pas déguisée en brioche au raisin sec. C'est donc armé de ses trois miches qu'elle cherche encore et encore avant d'avoir enfin la chance de tomber sur le lieu souhaité.

Judith avait un problème physique fort gênant, une invasion de petites bêtes qui lui donnait une furieuse envie de se gratter.. encore.. encore et encore..

Hy ! Y a t il quelqun s'il vous plait ? dit elle du pas de la porte n'osant rentrer d'elle même..


Sœur Harriette attendait qu’on lui ouvre sen soupirant .Se tournant vers la jeune novice

Et bien c’est un peu long faut’ il rentrer soit même ?

Ne vous inquiétez pas ma Sœur on ne va pas tarder à nous ouvrir .

Pas tarder pas tarder je n’aime pas attendre et nous sommes attendues ! .

Elle soupira de nouveau .

De toute façon cela ne m’étonne guère elle regarda autour d’elle fit une grimace.

Retaper ! dit ‘elle d’un ton autoritaire.

La jeune novice s’exécuta .
La porte s’ouvrit enfin.


Ah et bien enfin nous avons failli attendre !

Une gamine apparu elle ne devait pas avoir plus de 12 ans .

Bjour,Pourquoi vous n’êtes pas entrer ? La salle attente c’est par là bas.

C'est bonjour et non bjour soupira. La salle d’attente mais enfin ! Nous sommes attendues .

Ben vous êtes qui vous ?

Sœur Harriette devient rouge de colère .


Ne vois tu pas qui je suis c’est sûr avec ce qui doit venir dans ce cabinet médical voir des représentants de l’église.

La gamine la regarda souleva les épaules puis lui demanda . Et comment que vous y appeler ma Sœur?

Sœur Hariette et Sœur Adelaïde .

J’vais y prévenir Dame Asterie j’y r'viens.

Et bien cela commence bien ! Une gamine qu’allons nous trouver d’autre je me le demande…


La môme comme on l’appelait alla chercher Asterie tout en grommelant .

Mais pourquoi qu’es qu’elle se prend l’aute.

Dame Asterie y a une cornette de bénitier qui vous y attend a coté de la salle d’attende car elle a pas voulu s’y mélanger comme elle dit aux autes
.

Asterie regarda la gamine et sourit très discrètement .

Gigele je t’ai dit combien de fois de ne pas appelle les Sœur de Cornette de Bénitier .

Ben c’est qu’est qu’elle sont avec leur cornette et …

La môme revient puis s’adressa à Sœur Hariette Dame Asterie elle arrive j’vais vous y mettre dans son bureau.

Puis elle se dirigea vers l’entrer une jeune femme attendait n’osant entrer .

Bjour vous voulez y voir le Médecin !
Faut aller dans la salle d’attente elle va venir après avoir vu les cornettes de Bénitiers.


Sourit à sa remarque de toute façon vu l’allure de la jeune femme elle avait reconnu son statut et ce n’était pas de la noblesse …Mais elle était au service de Dame Asterie et avait promis de faire attention et de bien se conduire la Médicate lui avait donner une chance alors elle voulait pas la perdre .

Gigele !

Vous y es dit que c’était Gigi po Gigele .

Asterie sourit j’y vais .

Asterie grimaça elle avait oublier on lui envoyait une cornette de bénitier comme les appelait Gisele elle sourit .
Elle pris une grande respiration après tout elle commençait à en avoir l’habitude .
Lorsqu’elle la vit elle s’arrêta net .


Sœur Mariette ? C’est vous si je m’attendais à vous voir ici .

La Sœur la regardait un peu surprise .

Non je ne suis pas Sœur Mariette ! Je suis Sœur Hariette il est vrai que nous avons un air de ressemblance mais cela s’arrête là.!

Asterie regarda la Sœur et bien là c’est du lourd pensa-t-elle ça ne va pas être facile avec un dragon pareil .

Je vous pris de m’excuser donc c’est le père Paulus qui vous a envoyer ici .

Oui tout à fait je connais la médecine ayant travailler au couvent comme soigneuse. Et voici la jeune Sœur Adélaïde .

Après avoir un peu discuter Asterie leur proposa de visiter le dispensaire et de leur montrer leur chambres.
Elle leur montra la salle d’attente ou se trouvait déjà du monde . Elle leur annonça quelle n’en avait que pour quelques instants et qu’elle revenait .

Sœur Hariette les tourna vers Asterie .


Maître Asterie avez-vous besoin de leur dire ! Ils ont déjà le privilège de se faire soigner par un Médecin qu’ils attentent !

Mais ils vont attendent Sœur Mar…Pardon Sœur Hariette . En plus de votre ressemblance vous avez un nom qui se ressemble.

Oui que voulez vous chacun son fardeau , je vous ai dit que je n’en ai que l’apparence absolument pas le caractère .

Asterie ne dit rien mais n’en pensait pas moins ah ça pour ne pas en avoir le caractère ça c’est sûr on ne peu pas si trompé quel enfer ! Mais pourquoi moi ! Pourquoi par Aristote!!

J’aime prévenir quand je suis un peu en retard Sœur Hariette j’aimerais que cela continu !
Vous n’avez pas l’air ravie d’être ici , je n’y suis pour rien . Mais vous êtes ici chez moi donc j’aimerais que vous suiviez mes principes et soyez un peu plus indulgente et…


Mais enfin je ne suis pas une jeune novice j’ai travaillé avec Maître Nephro , Vécéral , et Ortho de grands Maîtres .

Pour sûr ce dit ‘elle ils ne l’appréciait pas surtout un Maître Ortho il avait été là des le début de ses études et avait tout fait pour ne pas lui faciliter la vie.

[Quelques temps plus tard ]

Enfin ! Enfin Asterie était débarrassé pour un moment de l’horrible Sœur Hariette pire que Sœur Mariette elle allait la regretter !
Jamais contente et elle soupira se rendit dans la salle d’attente.


Bonjour à qui le tour ?

Une jeune femme s’approcha c’est à moi.

Venez …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cabinet Médical de Bourges (retranscription Halle Bourges RR)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cabinet Médical de Bourges (retranscription Halle Bourges RR)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouverture d'un cabinet médical
» Ouverture d'un cabinet médical
» [Quartier Ouest] Cabinet médical Richter
» [Guide] Le Cabinet Médical de A à Z (by Evenice06)
» [18] - Bourges - Heroes Games Bourges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie Châteauneuf-sur-Cher :: Près du domaine :: Habitations//Dispensaire//Tavernes......-
Sauter vers: