Baronnie Châteauneuf-sur-Cher

Jeux de rôle famille Ambpare suite du jeux des royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RP: La plus belle douleur du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 702
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: RP: La plus belle douleur du monde   Mer 27 Avr - 12:02

Pandorha

[ A Savigny, domaine du papa, le 2 Avril ]

Savigny se situait non loin de Sancerre, c'était le plus proche domaine de la famille en Berry, Pandorha avait émis le souhait que son second enfant, voit le jour en Berry, le premier étant né en Bourgogne.

Ainsi, la fin de la grossesse était prévue pour début avril, Pandorha avait donc prit quelques jours pour aller à Savigny. Elle avait prit sa gouvernante pour sa petite fille, Marie sa suivante et Critos son garde personnelle, Pandorha était arrivée en fin de matinée, elle avait déjeuné léger et maintenant elle se baladait dans le jardin. Elle portait se jour là, une robe simple verte, elle avait les cheveux détachés et le vent les faisaient bougé dans tous les sens.

Sa petite fille était dans ses appartements pour sa petite sieste, Critos toujours proche d'elle en cas de soucis et Marie avec qui elle discutait de choses et d'autres. Dernièrement, elles avaient discuté du bal en Touraine auquel Pandorha avait assistée, elle avait trouvé charmant cette idée de bal masqué, cela était toujours agréable de participer à ce genre de mondanité.

Elle allait s'asseoir dans l'herbe quand, un instant plus tard, elle se mit à ressentir une violente douleur, elle posa ses mains sur son ventre et fit une méchante grimace du visage. Marie se précipita vers elle ainsi que Critos.

Votre grâsce, est-ce que ça va ?

Elle aurait voulu répondre à Marie que vu sa tête elle avait déjà la réponse, mais comme toujours elle essaya de sourire et lui répondit calmement.

Ramenez-moi à ma chambre et faites prévenir la Baronne immédiatement.

Sur cette phrase Marie parti et Critos prit Pandorha dans ses bras, elle avait grossi, seulement Pandorha n'était pas grosse elle était enceinte, ça faisait toute la différence.

Une fois dans les appartements de Pandorha, Critos la posa sur le grand lit, elle lui prit la main pour la tordre le plus fortement possible, Critos failli hurler, mais il savait se retenir. Pandorha avait peur, c'était bien normal, elle était encore jeune et avait connu deux grossesses à la suite, la seconde n'avait pas été jusqu'au bout. Elle avait les yeux rempli de larmes, elle était seule dans cette épreuve, elle pensa à son époux, son amour, priant de toutes ses forces pour que l'enfant à naitre soit en bonne santé et soit un garçon. Il fallait qu'elle y arrive, même si cela devait lui coûter la vie, il fallait mettre au monde cet enfant, elle priait pour la Baronne l'aide dans cette tâche des plus difficiles.

Il ne restait plus qu'à attendre, attendre la suite des évènements. Marie était revenue auprès de Pandorha une fois le messager parti en direction de la Baronne.

Asterie

[Au domaine de Châteauneuf sur Cher ]

Asterie était à son domaine dans son bureau elle avait quelques parchemins à faires et à ranger.
Gaston frappa à la porte.


Bonjour Dame Asterie pardonnez-moi de vous déranger un des serviteurs de la duchesse de Hennfield de Noldor demande à vous voir.

Elle leva la tête.

La duchesse de Hennfield de Noldor oui, très bien dites lui que j’arrive. Mais avant pourriez-vous aller faire prévenir Brianna et qu’elle prenne une tenue adapter nous allons chez le Vicomte de Savigny , pour un accouchement pas pour un bal.
Puis prévenez également Firmin pour la voiture.


Connaissant sa fille …


Oui très bien Dame je m’en vais la prévenir.

Asterie se rendit dans sa chambre pour prendre quelques affaires puis attendit sa fille …

Le serviteur aperçu Asterie.

Maître Ambparé la Duchesse de Hennfield m’a Demandé de venir vous chercher elle va accoucher.

Oui ne vous inquiétez pas je suis au courant retourner au domaine.

Surtout ne te presse pas ma fille on a tout le temps !

Mais maman je …

Gaston ne t’as pas dit que nous n’allions pas à un bal ?

Si mais Maman enfin nous allons voir la Duchesse de Hennfield de Nolor et…

Monte dans la voiture Asterie soupira. Nous allons chez le Vicomte de Savigny mais bon c’est pareille .

Chez le Vicomte de ...
Oh et bien si j’ ……


En attendant tu vas m’énumèrer ce dont j’aurais besoin …

Pandorha

Pandorha c'était assoupi, seulement quelques minutes après elle avait encore des douleurs, elle n'avait toujours pas perdu les eaux, c'était bizarre, elle ne savait même pas si cela pouvait être normal ou non. Elle priait pour que son amie Nennya veille sur elle de là haut.

Cela lui semblait une éternité, elle attendait la baronne, elle attendait Astérie, pourvu qu'elle est de bon cheveux et surtout ne s'égare pas en route, ce serait une catastrophe.

Elle serait les cuisses, il ne fallait pas que cela sorte maintenant, elle s'acharnait sur la main de Critos, le pauvre quand elle réalisa qu'il y avait un homme dans sa chambre à ce moment, elle demanda donc à ce que Critos sort, il ne fallait pas qu'il assiste à l'accouchement. Pandorha prit donc la main de Marie et récita une prière pour se rassurer.

Toujours dans l'attente, elle avait toujours peur, il ne fallait pas le montrer, ce n'était pas bien, elle était duchesse, elle devait faire bonne figure, elle demanda à Marie de lui essuyer le visage et de lui apporter une autre robe ainsi qu'une bassine d'eau.

Dans un effort douloureux, Pandorha enleva sa robe à l'aide de Marie qui avait vite fait son retour, Marie essuya Pandorha et lui repassa une petite robe simple rose, elle attacha aussi les cheveux en nattes et remis Pandorha au milieu du lit avec difficulté, il fallait attendre maintenant.

Asterie

Asterie arriva devant l’entrer se présenta.

Bonjour je suis Maitre Asterie Ambparé et voici ma fille Brianna qui m’accompagne nous sommes attendues par la Duchesse de Hennfield conduisez nous auprès d’elle je vous prie.


L’homme les regarda sourit.

Oui bien sûr Maître venez c’est par là sa grâce vous attends.

Asterie suivit le domestique qui la conduisit dans les appartements de Pandorha.
Elle frappa attendit qu’on la fasse entrer et pénétra dans la chambre.


Bonjour Pandorha j’ai fait le plus rapidement possible.
J’ai fait venir Brianna qui va me seconder Linette n’étant pas là.


Elle s’approcha se pencha vers elle.

Tout va bien se passer tu as des contractions depuis quand, as-tu perdu les eaux, as-tu une sensation d’aller à la selle ?

Pendant ce temps Brianna prépara ce qu’il fallait.

Je vais me laver les mains puis je vais t’examiner.

Elle se lava les mains puis souleva la chemise de la duchesse lui palpa le ventre pour connaitre la position de l’enfant.
Elle en profita pour mesure rapidement son ventre.
L’accouchement n’allait pas être simple l’enfant n’avait pas l’air petit bien au contraire…


Brianna


[Dans la salle d’étude du domaine de Châteauneuf sur Cher]

Brianna était en train d’étudiez les différents parchemins que sa mère lui avait demandé de connaître.
Comme à son habitude, elle avait un peu rechigné ne pouvait ‘elle pas avoir un peu de repos après avoir passé son examen de Baccalauréat of art, elle n’avait plus que celui de l’entrer à l’université de médecine.
Mais non …Hors de question elle aurait préférer discuter avec ses amies des dernières tendances en matière vestimentaire, des divers potins, rumeurs du Berry mais non elle était là devant des dessins de plantes ...Elle soupira …Elle fût ravie lorsque Gaston le majordome de sa mère vint la chercher pour se rendre au Domaine de Savigny pour l’accouchement de la duchesse de Hennfield .

Damoiselle Brianna votre mère vous demande de vous préparer pour vous rendre chez le Vicomte de Savigny, pour sa…[i]Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que Brianna était déjà debout prête à partir.


La Duchesse ! Elle va accoucher j’y vais ….

Sa mère lui avait demandé quelques temps auparavant au cas où la Duchesse accoucherait un peu en avance étant son troisième enfants.
Si elle se trouvait là elle la prendrait pour l’assister ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’elle assistait sa mère pour mettre au monde un enfant au monde mais pas la noblesse...
Elle se précipita dans sa chambre ne sachant que porter c’est qu’elle ne pouvait pas y aller n’importe comment …

Lorsqu’elle arriva au niveau de la voiture à l’air mécontent de sa mère elle se douta qu’elle avait mis un peu plus de temps que nécessaire...
Elle allait une fois de plus se faire réprimander.
Elle n’arrivait pas à comprendre la désinvolture que pouvait avoir sa mère, que ce soit une personne de la noblesse ou un gueux …
Pourtant …Mais bon elle soupira quand elle sera médecin…


J’espère que tout se passera bien, il n’y a pas de raison... donc il faudra ….Elle énuméra tout ce qu’il fallait .

Arriver au domaine elle fût impressionner par le Château, observa rapidement les jardins.
Puis on les conduisit dans les appartements de la Duchesse.


C’est impressionnant Maman je suis toute existé une Duchesse…tu te rends compte...

Une fois entrée elle salua la Duchesse par une révérence.

Votre Grace je me présente Brianna Ambparé je seconde ma mère.

Elle prit les choses en mains comme lui avait demandé sa mère.
Elle s’adressa à une jeune domestique, il nous faudrait des bassines d’eau avec des pichets d’eau chaude, puis d’eau froide, du linge également.
Elle ouvrit la sacoche de sa Mère contenant le nécessaire posa le tout sur un linge propre sur une table.
Brianna s’approcha discrètement et écouta ce que disait sa mère …


Pandorha

Pandorha afficha un sourire bien que gâcher par une grimace quand la baronne fit son entrée, sa fille Brianna était présente, elle l'avait déjà aperçu lors d'occasion. Elle laissa la baronne prendre les choses en main, la dernière fois, elle avait perdu l'enfant avant la fin de la grossesse, maintenant ce serait une horreur de perdre son enfant en fin de grossesse.

Bonjour Baronne, Damoiselle. Je fus prise d'une violente douleur au ventre, j'étais dans le jardin, je n'ai pas perdu les eaux, je m'inquiète, les douleurs se rapproches de plus en plus.

Elle laissa la baronne l'examiner, au moment ou celle-ci palpa son ventre, Pandorha senti un liquide lui couler entre les jambes, il avait fallu les mains de Astérie pour que les eaux se déversent. Elle grimaça sous une nouvelle douleur et failli lâcher un vilain mot. Cette fois-ci elle ne pouvait pas sourire, elle était déjà fatiguée, il lui fallait puisser dans ses réserves pour l'accouchement.

Pandorha était au bord de la panique, elle savait bien que ce ne serait pas facile, elle se redressa rapidement et prit la main de Astérie avant de lui dire à voix basse...

Il faut sauver l'enfant, l'enfant est la priorité Baronne.

Elle lui avait dit ses mots avec autorité, Pandorha savait qu'une femme pouvait mourir en couche, mais son enfant devait survivre si le choix s'imposait. Pandorha savait que si elle devait mourir, elle rejoindrait le paradis solaire, elle n'avait jamais fait un acte mauvais dans sa vie, elle n'avait donc aucune raison de ne pas rejoindre le paradis solaire.

Asterie

Asterie palpa le ventre de Pandorha elle s’assura que l’enfant était dans la bonne position la tête vers le bas.
Ce qui éviterait quelques soucis. Mais au vu de son ventre, elle ne pouvait que se demander si il n’y avait pas deux fœtus au lieu d’un.
Il lui faudra l’aide de Brianna pour maintenir le deuxième pour éviter qu’il ne se tourne dans une mauvaise position.
Heureusement pour elle Brianna s’avait placé ses mains, elle lui avait enseigné et montré au cas ou elle aurait eu besoin d'elle en espérant qu’elle est bien retenue la leçon.
Elle ne pourra le s’avoir que lors de l’accouchement...
Elle espérait malgré tout que ce ne soit pas un accouchement de jumeaux, car ils étaient toujours des plus risquer et difficile.
Elle regarda sa fille.


Tu te souviens Brianna pour un accouchement de gémellaire ? Un « macrosome « (macrosomie ,un gros bébé).


Brianna l’a regarda hum oui Maman tu crois que c’est ….

Je n’en suis pas sûr mais vu le ventre? J’ai un doute sinon il va falloir que tu m’aide et j'aurais eu besoin de l'aide d'une matrone mais vu l’avancement, je me contenterais d’une domestique ayant déjà enfanté.

Il était plus facile d’être assisté par une femme ayant déjà enfanté si elle ne connaissait pas les particularités d’un accouchement surtout si on avait besoin d’aide... entre les cris, la douleur de l’accoucher et les gestes à faire l’émotion n’était pas de mise.

Certes sa fille était un peu jeune mais elle avait été élevé dans ce milieu et avait déjà aidé la Médicaste …


Je vais voir cela.

Merci.

Pandorha la regarda un peu troublé souffla au même moment elle perdit les eaux.

Citation :
Il faut sauver l'enfant, l'enfant est la priorité Baronne.

Asterie sourit en entendant Pandorha l’appeler Baronne non qu’elle n’était pas habitué à ce titre mais la dans ses circonstances... elle était Asterie le Médecin, et pas la Baronne de Chateauneuf sur Cher en pleine réception ou à Paris...

Elle avait pour sa part l’habitude d’appeler ses parturientes par leur prénom sauf cas particulier…Ce n'était pas un manque de respect c’était un moment particulier, elle entrait dans un moment d’intimité, un moment privilégié dans la vie d'une femme , il fallait une bonne part de confiance entre les deux parties .
Car malheureusement donner la vie entrainait parfois la perte de la sienne si ce n'est les deux ...
Elle se pencha donc vers Pandorha.


Ne t’inquiète pas Pandorha je vais faire en sorte que tout se passe bien laisse tout faire ai confiance. Souffle, accompagne tes contractions lorsque tu en sens une.
Voilà doucement accompagne-la très bien.
Je vais t’examiner pour s’avoir ou tu en es.


Asterie s’enduit les mains d’huile de violette puis l’examina.

Tu es a complet tu vas pouvoir pousser la tête est bien appliquer et le col est effacé. On va attendre que revienne Brianna et la domestique et tu pourras pousser en attendant pousse en soufflant des que tu as la contraction pas avant sinon tu vas t’épuiser pour rien. Et cela permettra de détendre le périnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 702
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: RP: La plus belle douleur du monde   Mer 27 Avr - 12:16

Brianna


Brianna tout en mettant préparant tout ce qu’il fallait regarda du côté de la Duchesse .
Elle avait l’air de souffrir, ne pouvait ‘on pas faire quelques chose ?
Non bien évidement que pouvait-on faire de plus la Duchesse était comme toutes les autres femmes après tout.
Et ce n’était pas la première fois qu’elle accouchait mais quand même …Cela était toujours impressionnant.
Elle était venue pour aider sa mère au besoin, celle-ci lui avait enseigné les bases de l’accouchement en tant qu’aide mais pourrait ‘elle le faire en tant que futur médecin, elle en doutait mais ce n’était pas vraiment l’heure ni le moment d'y penser.


Citation :
Tu te souviens Brianna pour un accouchement de gémellaire ?

Elle avait regardé sa mère une gémellaire des jumeaux ! Mais ce n’était pas possible comment déjà elle s’avait il fallait qu’elle place ses mains de part et d’autres, elle visualisa les dessins et la position des mains de sa mère .
Oui elle y arriverait et pour le gros bébé là ça n’allait pas être évident qu’avait-elle appris... oui lever les jambes de l’accoucher appuyer avec le poing au niveau de la ceinture pelvienne puis
oh ! Que c’était compliqué mais pourquoi j’ai accepté !

Oui je vais aller chercher quelqu’un.


Elle sortit le plus rapidement de la pièce.


Pourvu que je trouve quelqu’un …

Et toi tu peux me dire elle s’adressa à une jeune servante me dire ou je peux trouver de l’aide Maître Ambparé à besoin d’aide elle aurait besoin de quelqu’un pour aider sa grâce à enfanter quelqu’un qui aurait assez de force et déjà accoucher.

Ben y a La Marthe elle vient d’arriver c’est une des Matrones.

Très bien Brianna se sentit d’un seul coup rassuré, une matrone au moins elle pourra aider sa mère.
La matrone arriva toute essoufflé.


Me voilà ou se trouve sa grâce Julie ?

Elle est dans la chambre et y a Maître Ambparé et c’est ça fille Brianna.

La matrone se tourna vers Brianna la regarda de haut en bas étonné de voir cette damoiselle en ses lieux se demandant ce qu’elle pouvait bien y faire...

Maitre Ambparé très bien nous avons de la chance !

Oui c’est ma mère et je suis son aide.

La Matrone la regarda à peine puis frappa et entra dans la chambre, suivit de Brianna qui n’était pas ravie de la façon dont on la traitait !

Bonjour votre Grâce je suis venue le plus rapidement, puis elle se tourna vers Asterie Maître Ambparé ravie de vous s’avoir ici je peux vous aider en quoi que ce soit, je suis Marthe une des matrones du village.

Très bien j’ai un doute pour des jumeaux ou un gros bébé.

Par Aristote ! Je vais me préparer.

Oui,Pandorha tu vas pouvoir pousser.


Brianna avait les bras croisés vexé comme –ci elle n’était pas là mais pour qui se prenait ‘elle, la matrone et alors elle c’était la fille du Médecin et …

Pandorha

Pandorha fit tout ce que Astérie lui disait, elle accompagna chacune des contractions jusqu'à l'arrivée de la domestique, heureusement, les domestiques étaient bien payés et elle était toujours polie avec eux, ainsi l'idée de se venger sur son enfant ne lui viendrait pas à l'esprit, on ne sait jamais, parfois les gens ont l'esprit tordu.

Pour se détendre entre chaque contraction, Pandorha pensait à la nouvelle robe qu'elle pourrait avoir, elle retrouverait un bon poids de nouveau et elle pourrait de nouveau faire du cheval, ce qu'on lui avait déconseillé tant qu'elle était enceinte.

Elle espérait également que Critos avait prit soin d'envoyer la lettre qu'elle avait écrite quelques jours plutôt en prévision de l'accouchement pour son époux. Il ne serait jamais là à temps, mais au moins il pourrait toujours venir rendre visite à sa femme une fois prévenu, quelle idée d'avoir épousé un religieux, il passait son temps dans la méditation, heureusement elle l'aimait sinon elle ne supporterait pas ses absences auprès d'elle .

Elle entendit soudain Astérie, des jumeaux ou un gros bébé ? Astérie aurait dû parler moins fort, pour le coup Pandorha se demandait ce qui serait le mieux, un gros bébé ou deux bébés, aie. Bon elle allait pousser et elle verrait bien après.

Pandorha poussa donc comme lui dit Astérie, elle souffle et elle pousse.

Qu'est-ce qu'elle aurait aimé tenir une main à ce moment là, Marie sa suivante avait quitté la pièce, Pandorha avait cru bon de n'avoir que Astérie, sa fille et la Marthe. Pandorha se mit donc à prendre les draps du lit entre ses oncles et ne les lâcha plus.

Ysabeau


Sancerre, à la mairie

La rumeur était parvenue jusqu'à Sancerre, Pandorha accouchait... Pandorha accouchait... Elle qui venait de laisser sa charge de maire, elle s'apprêtait à donner la vie.
Ysabeau avait prié pour son amie, qui avait fait voici quelque temps une fausse-couche. Pourvu que cette fois tout se passe bien...
On lui avait dit, à la mairie, qu'elle s'en était allée pour cela à Savigny, dans le domaine de son père.
Ysabeau, pensant que peut-être elle pourrait être utile, prit un coche et se dirigea, à travers la forêt du Berry, vers le domaine.
Le ciel était bleu, les arbres se couvraient de petites feuilles vert tendre, la forêt était belle en ce début de printemps.
Le coche s'arrêta dans la cour.
Elle descendit, se dirigea vers la porte, et s'annonça à une servante.

Bonjour, je suis Ysabeau, dame de Sury près Léré, sancerroise... J'ai appris que mon amie Pandorha était dans les douleurs de l'enfantement.
Pouvez-vous me conduire auprès d'elle, si je puis être utile à quelque chose ?

La jeune femme, qui portait une pile de draps propres, répondit :

suivez-moi dame, mais y a déjà du monde, un médicastre, sa fille, et puis ...

Ouf, se dit Ysabeau, Asterie doit être là... et sans doute Brianna. Pando est entre bonnes mains.
Elle suivit la servante qui lui ouvrit la porte

une dame de Sancerre... dame Ysabeau... vient voir si on a besoin d'elle

Ysabeau restait discrètement derrière la porte, observant les gestes précis d'Asterie, attendant qu'on l'invite à entrer.

Asterie

Asterie se retourna et aperçue une femme.

Citation :
Maître Ambparé ravie de vous s’avoir ici je peux vous aider en quoi que ce soit, je suis Marthe une des matrones du village.
Et bien nous allons être en force dans un sens ce ne sera pas plus mal au contraire.

Elle sourit à Pandorha qui tenait les draps serrés soufflant comme elle pouvait.

Aidez-moi à mettre une galette sous les reins ce qui fera basculer le bassin.
Aller lève ton posterieur voilà Brianna tu vas te mettre derrière la duchesse et toi Pandorha tu vas lui attraper les poignets et tu t’y accrocheras .


Brianna bougonna un peu Asterie la regarda elle baissa les yeux et se mis en place.

Il va …

Elle entendit Pandorha ça pousseeeeeeee Baa ...Asssté..

Vas-y prends ta respiration, bloque et pousse ! Aller encore une fois bloque et pouussssse, très bien .Marthe regardez si la contraction est toujours là.

Non.

D’accord repose toi Pandorha.


Asterie se tourna vers la duchesse .A ce moment-là quelqu’un entra dans la pièce Asterie se tourna vers l’entrée .Qui se permettait de …
ce n’est pas à moi de décider.

Elle n’était pas contre connaissant Ysabeau et l’appréciait pour sa discrétion , elle l’avait déjà aidé dans des situations particulières, elle était efficace et s’avait gardé son sang-froid lorsqu’il le fallait c'était une très bonne assistante donc si la Duchesse l’acceptait ce n’était pas de refus pour elle bien au contraire…

Brianna


Brianna n’était pas vraiment ravie on la mettait elle Brianna Ambparé à l’arrière-plan ! Elle un futur médecin.
Elle lança un regard à la matrone c’était elle que sa mère avait demandé pour l’aider pas la …
Quoi sa mère qui... elle rougit voilà trahi par sa propre mère !
Elle bougonna lorsque celle –ci lui demanda de se placer derrière la Duchesse certes cette place était importante mais bon elle aurait bien entendu préférer être à la place de cette Marthe.
Qu’allait penser la Duchesse…
Elle regarda sa mère avec une légère moue.
Celle –ci la regarda rien qu’à son regard il valait mieux faire profil bas connaissant sa mère …


Pandorha

Pandorha eu la surprise de voir que Ysabeau avait fait le déplacement. Elle était en train de se reposer quand elle fit son arrivée, on demanda si elle pouvait entrer et faire quelques choses, de toute évidence c'était à elle de choisir, elle fit donc un signe, Ysabeau pourrait peut-être filer un coup de main, elle lui offrit un sourire presque sans grimace.

Brianna avait prit place derrière elle déjà, ainsi elle pourrait broyer de vraies mains et non plus des draps, chouette. Elle s'excuserait des douleurs qu'elle pourrait lui infliger lors de l'accouchement, elle lui prit donc les mains et attendit de nouveau une contraction. Le Très haut lui avait fait un signe, il avait pourvu à tout pour cette accouchement, enfin il manquait l'époux, personne n'est parfait. Pandorha adorait les enfants, elle en voulait pleins, elle était encore bien jeune, elle espérait pouvoir attendre quelques années avant de refaire une grossesse, cela l'épuisait et elle voulait se consacrer à des projets importants.

J'espère que c'est bientôt fini, cette enfant va finir par avoir ma peau.

Cela n'était pas courant un tel langage dans la bouche de Pandorha, mais quand il faut, il faut.

Asterie

Ysabeau entra dans la pièce Asterie lui sourit bonjour Ysabeau comment vas-tu ? Tu vas nous aider.

Après quelques poussées Asterie repris son « pinard »(Stéthoscope obstétrical) puis le plaça sur le ventre de Pandorha pour écouter les bruits du cœur du fœtus .
Elle entendait quelques chose ce qui était de bonne augure. Par contre elle s’inquiétait un peu cela faisait maintenant une bonne 20 ème de minutes que Pandorha était en train de poussée et ça n’avançait pas beaucoup. Cela aurait été un premier enfant elle ne s’en souciait pas car l’accouchement était toujours plus long mais pour un troisième …
Elle ne pensait pas non plus que ce soit des jumeaux sinon il y aurait eu déjà la tête du premier. Donc elle en déduisait qu’il devait être gros.
La Matrone regarda le médecin.


Il est gros avance-t-il ?


Il avance mais il va falloir que vous fassiez un peu d’expression pour aider un peu.

Oui très bien.

Aller Pandorha on y retourne je sais que tu es fatiguée mais il va falloir encore pousser.

Puis se tournant vers Ysabeau elle lui demanda doucement de lui préparer les fers qui se trouvaient dans sa sacoche de les enduire d’huile de violette et de lui faire passer également ses ciseaux et qu’elle ceux qui se trouvaient dans une petite boite.

Quelques temps plus tard …la pauvre accouchée était en âge ses forces diminuaient il allait falloir l’aider.
Une des situations que redoute chaque accoucheur les gros fœtus, les grossesses gémellaires, certaine présentations…
Toutes ses situations qui peuvent mettre la vie en danger de la mère et de l’enfant. Et là s’en était une …


Pandorha je vais devoir t’aider l’enfant a du mal à passer il est coincé il va falloir que tu me fasses confiance.
Brianna tu maintiens la Duchesse, Ysabeau prends une jambe, vous Marthe pareil levée là que j’ai de la place.


Asterie plaça les deux spatules de fer un cri de douleur s’éleva dans la pièce.
Asterie respira se concentra sur ce qu’elle devait faire sachant pertinemment qu’elle ne pourrait pas lui éviter une certaine douleur.
Une fois placée elle demanda à Pandorha de poussée en même temps que la contraction.


La tête se présenta enfin ! souffle Pandorah la tête est là il va falloir encore faire un effort je sais tu es fatiguée tu n’en peux plus mais il le faut ! Elle retira les spatules.

Allez Marthe j’ai une dystocie des épaules (enfant coincé au niveau des épaules la tête est coincé au niveau du périnée) le poing . Ysabeau lève les jambes vite Pandorha pousseeeeeeeeeee Allez poussse , ne réfléchit pas allerrrr.

L’enfant restait coincé Asterie n’avait plus qu’une solution aller lui dégager l’épaule.
Elle plaça sa main tira et enfin après un temps qui parut une éternité la première épaule se dégagea, puis la suivante. On entendit un léger bruit surement la clavicule …
Elle attrapa l’enfant le plaça sur le ventre de sa mère le stimula on entendit un léger cri …
Une fois le cordon couper Asterie pris l’enfant puis le posa sur la table le frictionna aller tu ne vas pas nous faire ça hein dit moi !


Aller pleure.

Elle souleva le linge c’était un bon petit gars.

Aller un effort ! ayant un peu de mal à crier elle le prit puis le plongea dans l’eau froide, puis l’eau chaude pour le stimuler (Attention je vous rassure de nos jours nous avons d’autres méthodes de ranimation)

Enfin un cri et voilà ! Et bien ! Enfin ! Pandorha tu as un bon petit garçon.
Ysabeau peut tu t’en occuper s’il te plait.


Asterie revient vers Pandorha qui commençait à délivré.

Brianna prépare moi ce qu’il me faut.
Aller encore un effort
la pauvre était très pâle au bord de l’évanouissement.Pandorha était pâle ... reste avec nous s’il te plait Pandorha …


Ysabeau

Ysabeau entra, et fit ce qu'Asterie lui demandait. Prit les fers et les enduisit d'huile de violette (mmm ça sentait bon !), et le ciseaux.
Puis prit la jambe de Pandorha et la leva.
Sourit à son amie

ça va bien se passer Pando, Asterie est notre meilleure médicastre... ça va aller...

Quand elle sentit les fers, Pandorha cria, c'est que l'opération était douloureuse... Pourvu que l'enfant passe, se dit Ysabeau, et elle fit une silencieuse prière. Pandorha poussa encore, et encore... pendant qu'Asterie guidait la tête du bébé, puis ses épaules... et ...
Enfin, l'enfant parvint à sortir.
Ysabeau lâcha la jambe de Pandorha.
Asterie le posa sur le ventre de sa mère, un petit cri... Il était vivant ! Asterie le prit pour le frictionner, le plongea dans l'eau pour le stimuler, et on entendit un autre cri, plus fort, plus vigoureux. Ouf !

et voilà ! Et bien ! Enfin ! Pandorha tu as un bon petit garçon.
Ysabeau peut tu t’en occuper s’il te plait.

Ysabeau prit le bébé dans ses bras, un vigoureux petit garçon en effet, et qui pesait son poids.
Pendant qu'Asterie aidait Pandorha pour la délivrance, le "manteau rouge" comme disait feue Mentaig, elle l'enveloppa de langes.
Puis, Pandorha délivrée, lui mit le bébé dans les bras

Il est beau... son père va être fier de toi ! Comment allez-vous l'appeler ?

Pandorha

Gros, son bébé gros, oui c'est vrai qu'avec tout ce qu'elle mangeait, au moins il fallait voir le bon côté des choses, s'il était gros, en accouchant elle perdrait plusieurs bons kilos.

Des fers ? Elles veulent la tuer ? Elle ne peut retenir un cri quand Astérie pose les fers, elle a l'impression d'être une jument, elle aurait bien dit une vache, mais une jument c'est plus charmant non ? Elle en pouvait plus, elle n'avait plus de force.

Il est coincé, c'est bien sa veine franchement, elle n'ose même pas imaginer la scène entre ses jambes, c'est affreux. Astérie et ses assistantes font du bon travail, le bébé ne reste pas coincé longtemps. Astérie lui pose sur le ventre, Pandorha n'ose pas le touché, il est encore trop fragile ce gros bébé. Pourquoi il n'y a pas de cri, Pandorha n'en peut plus, mais elle ne se laissera pas tomber dans les vapes sans entendre son cri. Astérie lui fait prendre des bains rapide pour le stimuler et puis un premier cri, un soulagement pour Pandorha. C'est un garçon, son époux, son cher est tendre sera heureux, elle avait tenu sa promesse. Elle avait fait la promesse, durant sa nuit de noce, d'offrir un héritier masculin à son époux, ainsi, elle avait une fille de sang et un fils de sang, elle attendrait un peu avant de refaire un enfant, Pandorha ne pourrait pas se limiter à deux, elle adorait tellement la maternité et les éclats de rires des enfants.

Ainsi elle peut s'évanouir dans le soulagement que son petit bébé est bien en vie, elle n'eu même pas le temps de répondre au sujet du prénom, elle était partie.

Asterie

L’accouchement avait été difficile l’enfant était gros, il avait fallu aider la future mère ce qui avait malheureusement causé quelques dommages…
L’enfant avait l’air de bien se porter ce qui était une bonne chose, La Duchesse n’avait ‘elle pas insister la dessus …Mais de toute façon pour Asterie les deux étaient aussi important.
Elle pouvait maintenant se consacrer à la délivrance.


Maman, La Duchesse elle s’est évanouie…

Oui j’ai vu, Marthe vous aller m’aider à la délivrance pour faire sortir la secondines, qui commence à arriver.

Une fois le placenta recueillit Asterie vérifia les saignements ils y en avaient ce qui était normal au vu de l’accouchement.
Mais il ne fallait pas que cela soit trop important.
Brianna avait amené ce qu’il fallait à sa mère puis la matrone positionna les jambes de la Duchesse pour que l’on puisse vérifier les saignements et autres.
Toutes les trois avaient un air inquiet.
La duchesse perdait pas mal de sang…
Le fait que la duchesse soit évanouie arrangeât Asterie cela évitera plus de douleur, après quelques minutes qui parures des heures le saignement avait enfin cessé du moins pour l’instant...
Pandorha commençait à revenir à elle.


Comment vas-tu ? Ne bouge pas trop ce n’est pas fini je vais devoir t’endormir un peu il faut que je te fasse quelques points …Ton enfant était un gros bébé et le passage était un peu juste il a fallu que je t’aide ce qui a malheureusement provoquer quelques complications…

Brianna fait moi passer l’éponge soporifique s’il te plait.
Pandorha tu vas respirer doucement, doucement voilà tu vas t’endormir.

Après avoir respiré dans l’éponge qui la mit la jeune femme en sommeil Asterie prit se qu’il lui fallait et commença. Les dégâts étaient plus importants qu’elle ne l’avait vu juste avant.
Si la Duchesse s’en sortait elle risquait de ne plus pouvoir malheureusement avoir d’enfants.
Mais une chose après l’autre …


Brianna vérifie bien sa respiration la tête en arrière voilà.

Faire respirer une éponge soporifique n’était jamais sans conséquences, il ne fallait pas que cela dure longtemps car le patient pouvait malheureusement ne plus respirer du tout.
Mais dans ce cas-là elle n’avait pas eu le choix la Duchesse n’aurait jamais supporté la douleur.
Et la laisser comme cela c’était la condamner.
Il lui restait encore quelques points mais la jeune Duchesse se réveillait… Elle la laissa émerger petit à petit en demandant à Brianna et Marthe et Ysabeau qui était revenue l’aider après c’être occupé de l’enfant.


Tenez là bien qu’elle ne bouge pas les jambes …

Voilà c’était fait
Asterie se releva son dos lui faisait mal étant donné la position qu’elle avait durant toute l’opération. Elle lui fît une toilette puis plaça un cataplasme pour la douleur et diminuer l’inflammation
Cela n’allait pas être une partie de plaisir pour la pauvre femme durant quelques temps, elle devra rester alité quelques temps…


Ysabeau

Pandorha s'était évanouie. L'accouchement l'avait épuisée.
Heureusement le bébé, un superbe petit garçon, avait l'air en forme.
Ysabeau le coucha doucement dans un couffin qu'elle plaça auprès du lit de la jeune accouchée, puis, à la demande d'Asterie, tint Pandorha encormie pendant qu'elle recousait.
Elle craignait pour son amie, d'un air soucieux regardait la médicastre opérer avec des gestes sûrs.
Le coeur serré, d'une petite voix, elle lui murmura :

tu crois qu'elle va s'en sortir ?

Pandorha

Pandorha commençait à revenir à elle, elle redoutait la suite et elle avait raison, encore. Astérie allait lui faire quelques points et elle devait l'endormir, sinon Pandorha n'osait pas imaginer la douleur. Pandorha fit donc ce que Astérie lui disait, elle respira dans l'éponge et peu à peu, partie au pays des rêves.

Dans son rêve, elle se voyait entourer de ses proches, elle se voyait à côté d'une table remplie de toutes ses bonnes choses qu'elle adorait, elle se voyait dans une magnifique robe changeant de couleur autant qu'elle le voulait comme par miracle. Elle se voyait nue partout où elle allait, avec pour seul vêtement le vent et le soleil, elle rêvait de garder toujours ses belles rondeurs, de ne jamais sentir le poids des années sur sa peau.

Elle se réveillait et sentait une douleur entre ses cuisses, cela lui faisait très mal, elle voulait se relever, mais Ysabeau, Brianna et Marthe la tenait fermement. Une fois fini, Astérie plaça quelque chose sur sa blessure, Pandorha pouvait se relever un peu, elle était très affaiblie, elle voulait voir son petit bébé. Elle devait également prévenir son époux, l'accouchement avait eu lieu un petit peu plus tôt que prévu, du coup Théodomir n'était pas encore là. Elle ferait une lettre quand elle aurait récupéré.

Elle demanda son enfant, bien qu'elle ne savait pas si ses bras pourrait tenir le bébé très longtemps. Une fois qu'elle avait son bébé dans les bras, un sourire apparu sur ses lèvres, un petit garçon, elle avait tenu sa promesse.

Il lui fallait remercier les femmes qui l'avaient aidé, il lui fallait remercier Astérie et sa fille, Ysabeau et Marthe.

Je vous remercie toutes pour votre aide, merci du fond du coeur.

Mais, elle ne se doutait pas un seul instant qu'elle avait eu un accouchement difficile, très difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
asterie
Dame du domaine
Dame du domaine
avatar

Féminin
Nombre de messages : 702
Emploi/loisirs : Médecin
Date d'inscription : 17/05/2008

MessageSujet: Re: RP: La plus belle douleur du monde   Mer 27 Avr - 12:23

Brianna


Brianna avait mal au poignet et à l’avant-bras la Duchesse lui laissait quelques hématomes…
Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire elle restait stoïque et encourageait la Duchesse.
Elle regardait de temps en temps la matrone tout en rouméguant …
Cela faisait un moment que la Duchesse poussait et l’enfant n’arrivait toujours pas …L’inquiétude qu’elle perçue chez sa mère et chez Marthe l’inquiéta un peu. Ce n’était pas comme –ci c’était la première fois qu’elle assistait à un accouchement, elle avait déjà aidé sa mère mais là c’était différent…
Elle aida sa mère en préparant ce qu’il fallait .Elle regarda un peu partout autour d’elle comme pour chercher quelque chose qui pourrait aider sa mère et la Duchesse.
Elle vit les fers que sa mère s’apprêtait à poser elle s’avait à quoi cela servait fît une grimace en la voyant les placer.
Elle se pencha vers la Duchesse
ne vous inquiétez pas votre grâce vous êtes en de bonne mains.

Elle avait confiance en sa mère, mais priait quand même que tout ce passe bien ce n’était pas rien.
Après de longues minutes l’enfant sortit enfin …


Citation :
Brianna vérifie bien sa respiration la tête en arrière voilà.

Quoi ! Tu !oui ! Elle prit l’éponge en tremblant puis la déposa sur le nez de la Duchesse. Elle pouvait sentir les effluves de l’éponge. Une odeur particulière. Elle resta concentrer sa mère l’avait bien mise en garde pas trop appuyer relâcher de temps à autre …
La duchesse se réveillait enfin elle soupira de soulagement.
Mais tout n’était pas encore fini il fallait encore attendre …
Puis sa mère avait parlé de complications…


Ysabeau

Pando se réveillait doucement. Ysabeau espérait pour elle qu'elle n'avait pas trop mal. Elle l'entendit la remercier, ainsi que celles qui l'avaient aidée.
Elle lui sourit.

Pando... tout va bien, ton fils a l'air en pleine santé. J'espère que tu te remettras des difficultés de l'accouchement. Je suppose que tu veux serrer ton bébé dans tes bras ?

Elle prit l'enfançon dans son couffin et le posa délicatement sur sa mère. Pourvu, pensait-elle, qu'il n'y ait pas d'autres complications... Elle regarda Asterie, confiante dans le savoir et l'expérience de la mécicastre.

Gabrielle diane

[ A Sancerre, dans la demeure de Pandorha ]

La journée avait bien commencé, Gabrielle s'était levée, avait vaqué à ses occupations en veillant au bon fonctionnement de la demeure, sa belle-soeur étant absente elle lui avait demandé de "veiller au grain". Ce que la belle s'appliquait à faire.

Le soleil avait depuis longtemps le zénith lorsqu'un messager arriva au domaine. Le vélin passa de la main du messager à celui d'une servante qui s'empressa d'aller trouver la jeune De Hennfield. Cette dernière était dans le jardin, profitant des derniers rayons qu'offraient l'astre solaire, un livre posé sur ses genoux, elle lisait quelques recueils de poésie, lui occupant l'esprit pour éviter l'inquiétude. Car inquiétude il y avait. Pandorha accoucherait bientôt, Théo n'étant point là, Gabrielle se sentie d'autant plus responsable de veiller sur la santé de sa presque soeur et son inquiétude première résidant du fait que Pando ait entreprit un voyage à Savigny certes pas loin, mais si la naissance se déclenchait alors qu'elle était sur les routes où elle ne sait-où ce serait la catastrophe! Sa seconde inquiétude était d'être avertie trop tard donc qu'elle arriverait trop tard pour assister Pandorha ou du moins être à ses côtés les premiers instants suivant la naissance, cela s'était déjà produit, sur les routes à l'époque, elle avait été avertit bien trop tard de la naissance de sa nièce. Sa nièce, Pando donnerait-elle naissance à une seconde fille ou à un garçon, devenant ainsi l'héritier des Hennfield? Un soupire s'échappa de ses lèvres, elle tenait à être auprès de Pandorha, elle faisait partie de sa famille, elle était l'épouse de son frère, elle... Faisait partie de sa vie. Et Gabrielle aimait comme une soeur la tête blonde. Ce fut donc avec appréhension qu'elle leva ses yeux en entendant des bruits de pas de quelqu'un qui court. Refermant le livre, elle se leva au moment où la servante arrivait en tendant le vélin.

Dame Gabrielle, c'est urgent! Sa Grâsce Pandorha va donner naissance!...

La domestique venait de finir sa phrase dans le vide.
Qui aurait cru que même avec une robe, on pouvait courir vite? La servante n'eut point besoin d'aller plus loin, après qu'elle eut prononcé le prénom de sa belle-soeur, Gabrielle s'était élancée, demandant à ce qu'on prépare son carrosse pendant qu'elle rentrait à l'intérieur de la demeure prendre les affaires qu'elle avait prévu pour ce moment, au cas où.
Dévalant les marches du perron, la belle sauta dans le carrosse qui se rua en direction de Savigny, au domaine du père de Pandorha.


Le vélin toujours serré dans sa main droite, Gabrielle pria pour ne pas arriver trop tardivement et surtout, qu'on ne lui annonce pas une mauvaise nouvelle...

[ Savigny ]

Les chevaux n'étaient pas totalement arrêtés que la belle était déjà descendue du carrosse, manquant de chuter. Sa chaperonne et sa gouvernante plus prudentes, attendirent que la voiture soit arrêtée pour en descendre, mais elle durent courir pour rattrapper la cadette des Hennfield.

Gabrielle toqua à la chambre qu'un domestique quelque peu "brusqué" par la belle lui avait indiqué. Des voix s'élevaient à l'intérieur, elle ne cessa pas pour autant de prier.

Asterie

Asterie regarda Pandorha avec son enfant elle était pale, épuisé...

Alors comment se prénomme ce bel enfant ?
Tu vas me boire ceci elle lui tendit une tisane de sommités fleurie, puis elle lui plaça sur le bas ventre un cataplasme de lierre et de son pour calmer un peu la douleur après l’avoir un peu chauffé.


Asterie se retourna vers sa fille puis Marthe et Ysabeau elle devait parler à Pandorha mais ne voulait personnes dans la pièce car, c’était personnel .

Pardonnez moi mais pourriez vous sortir quelques instants il me faut parler à Pandorha, de Médecin à Patient.
Ysabeau peu tu prendre l’enfant s’il te plait.


Une fois les personnes sorties Asterie s’assoit sur le lit .Ce qu'elle avait à lui dire allait changer le cours de la vie de la Duchesse, bien sûr rien n'était gagner, elle était toujours faible avait perdu beaucoup de sang, il fallait encore attendre.
Il aurait été plus simple d'attendre mais il fallait qu'elle ai quelques choses pour se battre...


Ysabeau

Ysabeau prit le bébé endormi, et sortit de la salle, ainsi que Marthe, laissant la médicastre seule avec Pandorha.
Elle s'inquiétait un peu. Qu'avait donc Asterie à dire à la jeune mère, qui ne souffrait aucun intrus ? Son état était-il si grave ? Risquait-elle... non, elle ne voulait pas y penser.
Pandorha était forte, elle se remettrait.
Dans la salle à côté, elle s'assit près de la cheminée, berçant doucement le bébé.

Doucement s'endort la terre
Dans le soir tombant
Ferme vite tes paupières
Dors petit enfant

Dors en paix près de ta mère
Fais des rêves bleus
Au matin dans la lumière
Tu t'élanceras joyeux

Sur ton lit la lune pose
Ses rayons d'argent
Quand s'apaisent gens et choses
Dors mon tout petit enfant

Mais ton père est brave et rude
C'est un vieux soldat
Fais dodo sans inquiétude
Mais ne tremble pas

A ton tour tu vas connaître
L'amitié des guerriers
Mais seulement tu devras mettre
Pied à l'étrier

L'air martial et l'âme digne
Loin tu partiras
De la main me faisant signe
Passant devant moi

Fais dodo paupières closes
Comme un vrai enfant
Sur ton lit la lune pose
Son regard apaisant.

Gabrielle diane

La porte de la chambrée s'ouvre non pas pour la laisser entrer mais pour laisser sortir une Dame, puis Ysa qui tenait dans ses bras son... neveu... Ses yeux se mirent à briller stupidement, ce n'était qu'un bébé! Oui mais... C'était celui de son frère, de sa belle-sœur, ce petit ange était un nouveau membre de leur famille. Reportant son attention sur la porte qui s'était refermée Gabrielle hésita, suivre Ysabeau ou attendre devant la porte ne sachant quand s'ouvrirait cette dernière ? Pandorha n'était pas seule à l'intérieure donc, entre de bonnes mains si l'on peut dire. Sa décision fut prise et elle alla rejoindre Ysabeau et l'autre Dame.

Près du feu, Ysa berçait son neveu. Avec un sourire elle s'approcha d'elle et s'assit, l'écoutant bercer l'enfant. Lorsqu'elle eut terminée elle décida de parler, à voix basse.

Bonjour Ysa, dis-moi, comment va ma belle-sœur? Risque-t-elle de... Non hein? De ses yeux elles couvent le bébé du regard. Et mon neveu, il se porte bien? Il en a l'air en tout cas... La naissance s'est déroulée avec des difficultés? Navré de te "bombarder" de toutes ces questions mais je suis arrivée trop tard et je n'ai pu... être auprès d'elle...

Pandorha

Elle était épuisée, elle avait envie de dormir, Astérie lui parla, elle lui demanda le prénom de l'enfant, Pandorha n'en avait aucune idée, en tant que premier garçon, elle voulait que ce soit son époux qui choisisse, il était son héritier après tout. Astérie lui donna une tisane, elle devait la boire, mais cet effort encore fit soupirer Pandorha, elle n'avait pas le choix, elle se plia donc et avala la tisane.

Astérie s'était tourné vers les autres, Pandorha entendait, mais ne distinguait pas tout, les mots s'emmêler dans sa tête, Astérie devait lui parler et seule, c'était bizarre. Une fois les autres sortis, celle-ci vient s'assoire sur le lit, elle se redressa un petit peu et attendit, le sourire sur le visage de Pandorha avait disparu.

Ysabeau

Gabrielle était entrée et la bombardait de questions. Le bébé endormi, Ysabeau lui sourit. Elle comprenait la hâte de savoir. Après tout c'était sa belle-soeur, son neveu.
Elle lui répondit

Le petit va bien, regarde... il est superbe, un teint d e
lys et de roses... et de bonne taille et corpulence !
Il a donné du mal à sa mère... L'accouchement a été difficile, il était coincé...
Pandorha se remet mais elle est très très fatiguée. Asterie nous a demandé de quitter la salle, elle voulait lui parler en particulier.
J'espère, j'espère...

Elle se tut et tendit le bébé à Gabrielle

tu veux le prendre ?

Brianna

Brianna leva les yeux vers sa mère une inquiétude dans le regard, que ce passait ‘il ? Elle connaissait suffisamment sa mère pour s’avoir que c’était important …
Mais dans quel sens, elle regarda furtivement la duchesse, elle était bien pale et avait perdue beaucoup de sang voulait ‘elle lui annoncé que…Non se serait trop dur pour l’enfant .Trop dur en effet se ne serait pas la première fois mais là … Elle n’était pas impartiale et elle le s’avait … Sa mère avait mis son masque de Médecin sur le visage.
Il fallait sortir de la pièce ce n’était pas une demande mais une obligation. Elle suivit donc Marthe et Ysabeau puis regarda sa mère qui ne laissait rien paraitre comment faisait elle avait l’air impassible comme –ci de rien était.
Elle sourit à la femme qui venait d’arriver c’était la tante de l’enfant.


Asterie

Asterie attendit que tout le monde sorte puis sourit à Pandorha.

Ton enfant est magnifique.
J’ai fais sortir tous le monde car il fallait que je te parle seule à seule.
Cela n’allait pas être facile ce n’était pas la première fois qu’elle avait à annoncé se genre de nouvelles
.

Elle lui prit la main puis se pencha vers elle.


Pandorha j’ai une mauvaise nouvelle, non je te rassure ton enfant va bien, il va même très bien.
C’est de toi dont il s’agit, tu as eu des complications l’enfant était très gros, le travail à été long et douloureux , j’ai du t’aider ce qui a entrainer quelques complications. Je vais être dure, je n’ai pas pour habitude de cacher la vérité un défaut, une qualité suivant les personnes …. Tu dois rester encore alité durant plusieurs jours sans te levé.
Tu vas avoir une longue convalescence quelques humeurs, des courbatures ,des douleurs.... Ton mari devra être patient tu vois ce que je veux dire.
Mais malheureusement suite à ses complications je dois t’annoncer que tu risques de ne plus pouvoir avoir d’enfants.
Je n’ai pas pu faire autrement sinon non seulement l’enfant n’aurait pas survécu mais toi également.


Elle vit dans le regard, le visage de Pandorha de l’incrédulité, du refus, l’incompréhension.
Elle aurait pu attendre pourquoi lui dire maintenant alors qu’elle était faible .Ce n’était pas pour l’affaiblir d’avantage bien au contraire elle devait se battre pour son fils pour son mari pour son autre enfant, pour tous ceux qui l’aimait donc non pour la Médicaste ce n’était pas trop tôt c’était la réalité.


Je vais te donner un sirop pour ton état ça va te calmer un peu et te détendre.
Tient prends ceci
. Elle se leva et lui tendit une cuillère de sirop aller prends le.
Asterie lui posa sur le front un linge mouillé pour la rafraichir puis attendit quelle se calme et resta un peu auprès d’elle.


Gabrielle Diane

Rendant son sourire à Ysabeau et à la Dame qu'elle ne connaissait point, Gabrielle l'écouta le regard rivé sur le petit être qui était au pays des merveilles. Dans un murmure elle lui répondit:

Je suis rassurée d'apprendre que mon neveu va bien en revanche... Par Aristote je prie pour que Pando se rétablisse, c'est le plus important.

Elle poussa un soupire.

Je ne suis pas la meilleure des soeurs, belles-soeurs, tantes... Je n'ai pu assister à la naissance de Cyrielle et je suis arrivée trop tard pour voir naître mon neveu bien que certes je n'aurais pas été d'une grande aide mais, c'est ma famille tout de même.

Alors qu'elle lui tendait l'enfant, Gabrielle le prit dans ses bras qu'elle cala afin d'y créer un "berceau humain".

Il est magnifique... Au fait, je t'ai entendu le bercer, tu chantes très bien.

Elle se tut, appréciant de sentir dans ses bras le petit corps chaud de son neveu, d'entendre sa respiration.

Ysabeau

Ysabeau donna l'enfançon à Gabrielle et lui sourit, rosissant un peu sous le compliment

Merci Gabrielle, oui j'aime bien chanter, et c'est une très vieille berceuse que j'aime beaucoup. Et je crois que les enfants aussi !

Elle caressa doucement la joue du bébé endormi.

Je me demande quel prénom Pando va choisir... A mions qu'elle ne veuille laisser ce soin à son époux. Il devrait venir prochainement non ? tu as des nouvelles de ton frère ?

Pandorha

Le sourire avait eu raison de disparaitre, ce que venait d'annoncer Astérie à Pandorha était comme un poignard qu'on lui plantait dans le coeur, elle qui avait toujours voulu avoir pleins d'enfants, elle ne pourrait plus en avoir. C'était donc cela, le Très Haut lui permettait de donner un héritier à son époux, mais lui refusait maintenant le droit d'avoir d'autres enfants. Pandorha aurait voulu éclater en larme, d'ailleurs elle le ferait surement, mais elle le ferait une fois seule comme toujours. Son époux patient avec elle, à quoi bon la toucher si elle ne pouvait plus enfanter, peut-être même était-ce la ce que le Très Haut voulait, elle qui hésitait à rejoindre les ordres, c'était peut-être un signe. Elle attendrait, elle attendrait que ses enfants soient en âge de comprendre son choix, elle resterait avec eux, son époux prendra sans doute leur fils avec eux afin de le faire élever dans leurs domaines en Bourgogne, terre dont le fils héritera surement, du moins c'était sûr pour le duché, après tout ils avaient également une fille qu'il faudrait doter pour un beau mariage.

Pandorha ne savait pas ce qu'elle devait faire, le dire à son époux ou le garder pour elle, après tout, il avait un fils maintenant, peut-être que cela ne le dérangerait pas de n'avoir que trois enfants, Eriphile était sa bâtarde après tout. Astérie lui donna un sirop et lui posa un linge mouillé sur le front, Pandorha agripa ses mains alors fermement et lui dit à voix douce et calme bien qu'une envie d'éclater en sanglot se fit sentir.

Il ne faudra rien dire, à personne, je choisirais le moment, je compte sur vous.

Elle la savait professionnelle, Astérie n'irait de toute façon pas le dire à d'autres, après tout, qui cela pouvait intéresser. Après un instant, elle fit signe à Astérie pour que celle-ci laisse rentrer les autres, elle avait brièvement vu sa belle-soeur devant la porte quand celle-ci c'était ouvert pour laisser sortir le petit monde.

Elle voulait les voir, elle voulait voir son fils avant de tomber dans le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-les-ambpare.forumchti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP: La plus belle douleur du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP: La plus belle douleur du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est, selon vous, la plus belle console du monde ?
» Photos des plus belles voitures du monde
» les plus belles voitures du monde
» recherche adhérant pour club ferrari ou autre vehicule
» .:CetteVieDeRêve:. Mise a jour v4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie Châteauneuf-sur-Cher :: Comble - Grenier :: Comble-
Sauter vers: